Économie

L’entreprise confirme les suppressions d’emplois dans sa branche recherche

Le logo Sanofi sur les murs du siège de l’entreprise à Paris. – Thibault Camus / AP / Sipa

Sanofi il se séparera de ses effectifs. Le laboratoire français a confirmé lundi les suppressions d’emplois dans sa branche Recherche et Développement (R&D). Plusieurs syndicats demandent aux salariés de le faire la grève ce mardi dans une vingtaine de sites en France.

Olivier Bogillot, président français de Sanofi, a cependant rappelé que “cela correspond à ce qui avait été annoncé en juin de l’année dernière”, après des informations de France Inter citant 400 suppressions d’emplois dans cette branche. «Il y aura environ 1 000 départs en France, sur un programme de trois ans, dans différentes parties de l’organisation, y compris la R&D. […] Nous avons fait les annonces en juin et il a fallu du temps pour mettre en œuvre toutes les orientations stratégiques ».

“Départs volontaires”, selon la direction

Sanofi a annoncé en 2020 la suppression de 1700 emplois en Europe, dont un millier en France, correspondant à la stratégie mise en œuvre par le nouveau patron, Paul Hudson. “Nous avons toujours indiqué qu’il s’agissait d’un plan de départ volontaire”, a ajouté Olivier Bogillot. L’entrée en négociations est prévue fin janvier, pour les premiers départs au second semestre 2021.

Ces suppressions d’emplois “ne sont pas nouvelles”, mais leurs conditions “n’ont pas encore été négociées”, a déclaré Aline Eysseric, membre CFDT du Comité Central Social et Economique (CSE) de Sanofi Aventis R & D (SARD). Au total, le groupe souhaite supprimer “environ 750 postes de R&D en Europe, dont 400 en France et 350 en Allemagne”, a-t-il déclaré. Ce dossier pourrait figurer à l’ordre du jour du prochain CSE le 28 janvier.

le CGT pour sa part, il dénonce «quinze ans de plans d’épargne consécutifs» à Sanofi. Résultat: “Nous avons perdu la course au vaccin contre Covid”, après avoir empoché “1,5 milliard d’euros de crédits d’impôt divers pendant dix ans”. “On perdra plus de chercheurs”, a protesté Jean-Louis Peyren, coordinateur CGT chez Sanofi, “sans aucune certitude” sur le nombre d’emplois R&D qui continueront de disparaître mais précisant qu’il s’agit de nouvelles suppressions d’emplois.

Fin de la recherche sur le diabète

Enfin, selon Pascal Lopez, membre FO de Sanofi, le projet examiné «le 28 janvier» concerne «600 réductions d’emplois en R&D, ainsi que 200 embauches compensatoires dans les secteurs du numérique et des biotechnologies». Ce «solde net de 400 suppressions d’emplois» vient s’ajouter «à ceux annoncés en juin 2020.

Sanofi avait indiqué fin 2019 qu’il souhaitait rationaliser ses dépenses, avec un objectif de deux milliards d’euros d’économies d’ici 2022, notamment en interrompant la recherche sur le diabète, l’un de ses cœurs de métier traditionnels et cardiovasculaires. Le groupe, qui travaille sur le développement de deux vaccins contre Covid-19, ne pourra pas non plus en proposer un avant la fin de 2021.

READ  Les marchés actions européens attendent la BCE avec prudence

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer