Economy

les augmentations alourdies par Covid-19

, publié le mardi 08 septembre 2020 à 18h14

La société Deloitte prévoit que les augmentations de salaire pour 2021 «casseront» la dynamique observée ces dernières années.

Conséquence de la paralysie économique due à la pandémie de coronavirus, les augmentations de salaire ont ralenti en 2020, s’arrêtant après plusieurs années de progrès réguliers. Dans son étude, la société Deloitte a analysé un million de fiches de paie émises sur la période de janvier à juin par un panel de 300 entreprises de différents secteurs d’activité, tailles d’entreprises et zones géographiques.

Il apparaît que les augmentations de salaire en 2020 étaient “de l’ordre de 2% pour l’OETAM” (ouvriers, employés, techniciens et agents de maîtrise) et “2,3% pour les cadres”, selon un communiqué d’un cabinet de conseil consulté mardi. par l’AFP.

À titre de comparaison, les augmentations de salaire étaient respectivement de 2,4% et 2,8% en 2019, rappelle Deloitte. Cependant, ce ralentissement n’a que “un impact modéré sur le pouvoir d’achat du fait de la faible inflation sur la même période”, nuance l’étude.

L’écart salarial entre l’Île-de-France et les régions et celui observé entre les PME et les grandes entreprises est toutefois resté stable pendant un an, tout comme celui entre les femmes et les hommes qui «stagne» en moyenne à 3,4%. «Face à l’incertitude économique, les mesures prudentes prises par les entreprises risquent d’agrandir encore les écarts déjà observés, y compris entre les femmes et les hommes», note Deloitte.

Prévisions prudentes

Si la partie fixe de la rémunération n’a pas diminué, la situation est différente pour la partie variable. Les primes versées aux dirigeants ont ainsi diminué en nombre de bénéficiaires et en montant (baisse moyenne de 6,2% par rapport à 2019). La prime de pouvoir d’achat exceptionnelle, parfois appelée «prime Macron», a été adoptée par «23% des entreprises participantes (contre près de 60% l’an dernier)» et son montant moyen a chuté de presque 30% à 327 euros en 2020, indique également Deloitte.

READ  Le "Parisien" donne un coup de fouet à son processus de transformation

Quant aux prévisions d’augmentation salariale pour 2021, elles sont «prudentes»: + 1,5% pour l’OETAM, + 1,7% pour les cadres, «rompant avec la dynamique d’évolution salariale que nous avons connue ces dernières années», met l’accent sur les toilettes.

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer