Science

Les cas de Covid-19 augmentent considérablement à Toulouse entre 20 et 30 ans, auparavant soumis à des restrictions

l’essentiel
Si le préfet de la Haute-Garonne n’a pas encore précisé les mesures restrictives à mettre en œuvre à Toulouse et dans le département, la situation sanitaire est jugée préoccupante par l’Agence régionale de santé d’Occitanie. L’épidémie est en augmentation chez les jeunes avec un taux d’incidence de 538 cas pour 100 000 habitants entre 20 et 30 ans.

Toulouse a été placé dans une zone d’alerte renforcée par le ministère de la Santé. Tout le monde attend désormais les évolutions des restrictions supplémentaires et des arbitrages du préfet de Haute-Garonne (fermeture de bars, fermeture de salles de fêtes, salles de sport, salles de sport) prévues ce vendredi. La mesure des manifestations publiques ramenée à 1 000 personnes était déjà une mesure adoptée il y a une semaine.

En matière de santé, la situation est préoccupante selon l’agence régionale de santé (ARS Occitanie). «Le taux d’incidence moyen de l’ensemble du département est de 199,4 cas pour 100 000 habitants. Mais ce qui nous inquiète le plus, c’est le taux d’incidence entre 20 et 30 ans. Il est de 538,1 pour 100 000 habitants et nous avons 17 pôles dans les établissements d’enseignement supérieur. Certes ce ne sont pas des cas graves, certes les 60-70 ans sont moins touchés (85,5 pour 100 000 habitants) mais on ne maîtrise pas la chaîne de transmission. C’est pourquoi les mesures restrictives affecteront les lieux de fête », explique Laurent Poquet, directeur de la délégation départementale de l’ARS en Haute-Garonne.

Des séjours hospitaliers plus courts qui ont un impact plus important sur le système de santé

Le service compte 79 personnes hospitalisées pour Covid-19, dont 25 en soins intensifs. “Par rapport à mars, l’hospitalisation de ces patients est plus courte et cela a un impact plus important sur les établissements de santé”, souligne Laurent Poquet.

READ  Un étrange virus inquiète les scientifiques boliviens

Au CHU de Toulouse, en une semaine, les admissions pour Covid-19 sont passées de 54 à 63, dont 15 patients en réanimation (10 la semaine dernière) et 8 en réanimation (+5 personnes). Au moment du pic de l’épidémie le 4 avril, 93 personnes ont été admises au CHU de Toulouse, dont 67 en réanimation et 19 en réanimation. Face au nombre croissant d’appels, Samu 31 a réactivé sa cellule de crise téléphonique la semaine dernière.

Le président du Conseil du Collège des médecins de Haute Garonne, le Pr Stéphane Oustric, a rappelé mercredi dans un communiqué qu’il est prêt à accompagner les médecins généralistes dans la création d’unités d’assistance Covid dédiées à un tel besoin, “réquisitions préfectorales pour garantir une assiduité équitable entre tous les médecins “. Ces unités “ne seraient qu’une extension des activités de tous les médecins généralistes de la zone en cas de développement négatif de l’épidémie” et pourraient également prendre en charge le dépistage. «Nous travaillons sur ce sujet. Comme en mars et avril, ces unités devraient réduire les hospitalisations. Un maillage territorial est en cours d’évaluation », poursuit Laurent Poquet pour ARS Occitanie.

Lisez aussi:
Covid-19: le CHU de Toulouse entre dans la deuxième vague

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer