Science

les différentes étapes de la réponse immunitaire au coronavirus

De nombreuses études, publiées ces derniers mois, expliquent les mécanismes du système immunitaire face à l’infection par le SRAS-CoV-2 et fournissent des indices de résistance individuelle à acquérir par la vaccination.

  • Comment le système immunitaire réagit-il à l’infection par le SRAS-CoV-2?

La réponse immunitaire est divisée en différentes phases, activées dès les premières heures d’infection et qui peuvent durer plusieurs mois, voire plusieurs années. Au cours des 72 premières heures, l’immunité innée est activée, notamment par la production de cellules telles que les macrophages, les monocytes et les cellules dendritiques, qui vont détruire les cellules infectées.

Cette phase est également caractérisée par la production d’interférons, protéines de la famille des cytokines dont le rôle est d’interférer dans la réplication du virus. Une équipe franco-américaine a souligné, dans une étude publiée dans Science, qu’au moins 3,5% des patients atteints de formes sévères de Covid-19 avaient des anomalies génétiques liées aux interférons. “L’administration d’interférons de type I peut présenter un bénéfice thérapeutique chez certains patients, au moins au début de l’infection”, concluent les auteurs. Dans une autre étude, les chercheurs ont également mis en évidence, chez 10% des patients atteints de forme sévère, la présence d’anticorps dirigés contre ces interférons et capables de neutraliser leur effet antiviral.

Article réservé à nos membres Lire aussi Covid-19: comment mieux identifier les patients à risque de forme sévère

En plus des interférons, d’autres cytokines sonnent l’alarme pour stimuler et réguler les cellules de défense immunitaire. Chez les patients présentant des formes sévères de Covid-19, en particulier, une libération massive de molécules inflammatoires a été mesurée, même dix jours après les premiers symptômes. C’est pourquoi l’introduction de corticostéroïdes à effet anti-inflammatoire et immunosuppresseur dans la prise en charge des patients hospitalisés a réduit significativement le taux de mortalité en réanimation.

READ  au moins 1800 personnes sont décédées à domicile en France

Après l’immunité innée, c’est au tour de l’immunité adaptative qui s’active dans les jours suivant l’infection. Les lymphocytes B, en particulier, sont transformés en plasmocytes qui sécrètent des anticorps spécifiques du virus rencontré. Cette immunité est spécialement conçue pour la production de vaccins, qui visent tous à apprendre au système immunitaire à produire rapidement des anticorps spécifiques contre le SRAS-CoV-2.

“Les anticorps produits par les plasmocytes lors d’une infection par le SRAS-CoV-2 ont une capacité neutralisante importante, ce qui n’est pas le cas de tous les virus”, souligne le professeur Matthieu Mahévas, de l’hôpital Henri-Mondor (AP-HP) de Créteil (Val-de-Marne). Une réponse qui est “Principalement dirigé contre la protéine Spike [“spicule” en français], la clé qui permet au SRAS-CoV-2 d’entrer dans nos cellules, précise le résumé publié par la Haute Autorité de Santé.

Il vous reste 67,84% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer