Science

les infirmières demandent à nouveau d’être autorisées à vacciner

Dans une chronique publiée ce dimanche, l’Ordre national des infirmières demande à pouvoir vacciner les Français pour accompagner les livraisons de doses de vaccins sur le territoire. «N’attendez pas d’être submergé», écrivent-ils

Donner aux infirmières la possibilité de vacciner contre Covid-19 va permettre d’étendre la couverture vaccinale et d’atteindre les personnes vulnérables et isolées, plaide dimanche l’Ordre national des infirmières dans une chronique publiée du JDD.

«Alors que des livraisons massives de vaccins sont attendues à partir de fin mars, j’ai hâte d’être débordée par la mise en place de mesures de santé publique pour soutenir ces livraisons à travers le pays», écrit son président Patrick Chamboredon dans une chronique signée avec Gérard Raymond, président de France Assos Santé.

Ils dénoncent “l’incohérence du dernier avis de l’Alta Autorité de santé” à ce sujet “, une incohérence encore plus flagrante quant au rôle et aux compétences des infirmières, qui sont des acteurs de la vaccination reconnus et qui ont déjà le pouvoir de prescrire certains vaccins (en particulier contre la grippe) ».

Limitez les freins tout en prenant en charge

Selon eux, «la prescription d’un médecin peut être un obstacle à la responsabilité», notamment «lorsque vous n’avez pas de médecin». Ils signalent également d’autres obstacles à la mobilité des patients, mais les infirmières «sont les derniers agents de santé à se rendre au domicile des patients», et «l’hésitation à la vaccination» devant laquelle les infirmières «jouissent de la confiance de leurs patients» et «elles peuvent les rassurer. . »« Nous ne courons pas le risque d’exclure de la vaccination des personnes fragiles et isolées », insistent les deux auteurs.

READ  on sait enfin casser les spaghettis en deux

Une autre chronique publiée par le Journal du dimanche et signée par plusieurs médecins dont Karine Lacombe, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Saint-Antoine à Paris ou Bruno Mégarbane, chef de l’unité de réanimation de Lariboisière, invite les Français à ne pas le faire. peur de la vaccination, également avec le vaccin AstraZeneca, suspendu dans plusieurs pays après des cas de thrombose ou de phlébite.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer