Economy

Les marchés actions européens attendent la BCE avec prudence


LES BOURSES EUROPÉENNES CHANGENT SOIGNEUSEMENT AU DÉBUT DE LA SESSION

par Patrick Vignal

PARIS (Reuters) – Les principaux marchés boursiers européens ont évolué avec prudence tôt jeudi dans la séance en attendant les décisions de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), que les investisseurs espèrent un signal conciliant.

A Paris, l’indice CAC 40 recule de 0,1% à 5037,88 points vers 07h35 GMT. A Francfort, le Dax collecte 0,08% et à Londres le FTSE 0,34%.

L’indice EuroStoxx 50 pour la zone euro est pratiquement inchangé (-0,03%), le FTSEurofirst 300 baisse de 0,15% et le Stoxx 600 de 0,16%.

Le communiqué de la BCE tombera à 11h45 GMT et sera suivi trois quarts d’heure plus tard par la conférence de presse de sa présidente, Christine Lagarde.

Les marchés ne s’attendent pas à une annonce choquante, mais ils pensent que l’émetteur, dont ils surveilleront les prévisions économiques, laissera la porte ouverte à de nouvelles mesures de relance plus tard dans l’année.

Christine Lagarde devra une nouvelle fois exceller pour convaincre le marché qu’il est prêt à agir à nouveau pour contrer les pressions déflationnistes persistantes, la hausse de l’euro et les risques économiques inhérents à la nouvelle vague du coronavirus affectant de nombreux pays européens “, lit-on une note de Saxo Bank.

VALEURS EN EUROPE

L’actualité économique anime la cotation en Europe en début de séance.

LVMH a perdu 0,92% après avoir annoncé mercredi l’abandon du projet d’acquisition de Tiffany, qui a réagi en attaquant le géant français du luxe en justice américaine pour l’obliger à finaliser cette transaction estimée à 16,2 milliards de dollars (13 , 8 milliards d’euros).

READ  Le Canadien allume le pilote automatique et fait une sieste sur l'autoroute

Valeo et Faurecia prennent respectivement 1,98% et 3,69% après la décision de Berenberg de commencer à surveiller les deux valeurs avec des recommandations d’achat.

La plus forte baisse du Stoxx 600 concerne la chaîne de supermarchés britannique Morrisons, qui a perdu 4,33% après avoir annoncé un bénéfice au premier semestre en baisse de 25% en raison des effets de la crise sanitaire.

UNE RUE DE MUR

La Bourse de New York s’est terminée brutalement mercredi, portée par un rebond des valeurs technologiques après plusieurs sessions baissières et le lendemain, le Nasdaq est entré dans une zone de correction.

L’indice Dow Jones a gagné 439,58 points (+ 1,6%) à 27 940,47.

Le plus grand S & P-500 a gagné 67,23 points, ou 2,02%, à 3 399,07.

Le Nasdaq Composite a avancé de 293,87 points (2,71%) à 11 141,56 points.

Le Dow Jones a enregistré sa plus forte augmentation quotidienne en pourcentage depuis le 29 avril, le S&P depuis le 5 juin et le Nasdaq depuis le 14 juillet.

Tesla, particulièrement battu ces derniers jours, a augmenté de 11%. Apple, Microsoft et Amazon – les trois premières entreprises américaines par capitalisation boursière – ont progressé de 3,7% à 4,2%.

EN ASIE

La bourse de Tokyo a clôturé en hausse de 0,88%, portée par le rebond de Wall Street et un indicateur rassurant sur la santé de l’industrie japonaise.

L’indice MSCI, qui regroupe des actions d’Asie et du Pacifique (hors Japon), a gagné 0,5%.

CHANGEMENTS

Côté devises, l’euro s’est apprécié face au dollar (+ 0,25% à 1,183) après les informations de Bloomberg selon lesquelles les prévisions économiques présentées par la BCE ne différeront pas beaucoup de celles de juin.

READ  La hausse de l'euro inquiète la Banque centrale européenne

Le dollar recule face aux autres grandes devises (-0,11%) après avoir atteint son plus haut niveau depuis près d’un mois mercredi.

ÉVALUER

Sur le marché des emprunts d’Etat, le rendement des bons du Trésor à 10 ans a perdu un point de base à 0,69% après avoir augmenté mercredi avec le retour de l’appétit pour le risque. Son équivalent allemand a légèrement baissé, à -0,47%, en début de séance en Europe, en attendant les annonces de la BCE.

PÉTROLE

Les deux contrats pétroliers de référence reviennent au rouge avec le retour des craintes de demande. Le Brent perd 0,3% à 40,67 $ le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) perd 0,5% à 37,87 $.

(édité par Jean-Michel Bélot)

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer