Sport

Les notes des Bleus contre l’Ukraine: la panne de courant pour Mbappé, les flashs de Coman

Hugo Lloris: 5

Battu contre un contreur malheureux de Kimpembe, il ne peut rien faire contre le nul ukrainien. Frustrant alors que le capitaine des Blues n’avait absolument rien à manger à part un centre en fuite dont il était vigilant (69e).

  • En bref… Le genre de jeu que les gardiens de but détestent.

Benjamin Nom: 5.5

Trop souvent, il est critiqué pour son manque d’initiative offensive pour ne pas vanter sa grande disponibilité en soirée. Très actif dans un presque second rôle d’aile, il a notamment déposé un caviar sur la tête d’un Giroud malheureusement maladroit (32 °). Ses autres nombreuses tentatives n’ont pas trouvé ses agresseurs. Derrière, il était parfois un peu loin de son adversaire direct, mais récupérait toujours avec autorité.

  • En bref… La générosité manquait de précision.

Benjamin Pavard contre l’Ukraine

Crédits: Getty Images

Raphaël Varane: 5

Deux relances ratées en début de match (3e et 14e) témoignaient d’une fièvre inhabituelle devant quelques banderilles bien senties lors du match de Coman. Le Madrileño n’avait pas grand-chose à voir avec les Ukrainiens très prudents et essayait de porter l’excédent chaque fois qu’il le pouvait.

  • En bref… Un jeu sans histoire.

Presnel Kimpembe: 4

Précis et net en début de match malgré une intervention limitée dans ses 16 mètres, il a dégagé beaucoup de sérénité et d’agressivité positive en harcelant les Ukrainiens jusqu’à leur moitié de terrain. Mais son but contre son peloton coûte très cher en maths et a été un peu foiré à la fin du match.

  • En bref… Son malheureux CSC ruine son jeu.

Lucas Hernandez: 4

Une croix parfaite qui a mis Giroud sur une chaise (11e) et c’est tout. Le joueur monégasque a souvent proposé une solution mais le jeu s’est déplacé de l’autre côté du terrain. Alors qu’il tenait généralement son couloir avant la mi-temps, c’était plus compliqué après le match nul ukrainien pour lequel il a sa part de responsabilité.

  • En bref… Nous n’avons pas reconnu le guerrier de la campagne russe.

N’Golo Kanté: 5

Ses récupérations très élevées ont facilité la prise totale des bleus pendant la première heure de jeu ce qui, toujours juste, a découragé les Ukrainiens de construire avec une rare intelligence dans le placement. Sa performance a chuté en fin de match, a raté sa libération et son tir sur le match nul de l’adversaire. Tout comme sa fin de partie laborieuse.

  • En bref… Le baromètre du soir.

“Ce match contre l’Ukraine sert presque les intérêts de Deschamps”

Adrien Rabiot: 4

La première étincelle provenait d’une de ses feintes corporelles qui créait l’écart (11 °) mais était trop discrète dans ses projections. Face à une équipe aussi groupée, il aurait pu ramener le surplus mais ses dépassements faisaient défaut. Plus sérieusement, il manque de préparation pour le but ukrainien.

  • En bref… Trop appliqué.

Kingsley Coman: 6

Lancé dans l’espace, il a plusieurs équivalents. Mais même face à une défense aussi dense et basse, cela représentait un danger constant. Ses appels à l’intérieur ont libéré Pavard et lui ont donné du temps. Sa séquence, composée de courtes pressions, méritait mieux (60 °). Au match aller, il aurait pu s’attendre à terminer le match plutôt qu’un Kylian Mbappé clairement dedans.

  • En bref… Toujours fiable dans la sélection.

Griezamann et Coman contre l’Ukraine

Crédits: Getty Images

Remplacé par Ousmane Dembélé (63e).

Kylian Mbappé: 3

Si le jeu penche à droite c’est parce que Coman avait des fourmis dans les jambes mais aussi parce que Mbappé n’a jamais semblé dans le ton du jeu. Privé d’espace, il n’est plus le dragster qui a sorti le PSG de tant de pièges ces dernières semaines, mais une Ferrari sans essence. Trop passif sur le but ukrainien, il ne joue pas le duel. En fin de compte, c’est cher.

En bref… Déchargée.

Remplacé par Anthony Martial (76e).

Antoine Griezmann: 5,5

On retiendra tout d’abord son objectif fantastique qui nous rappelle combien il reste la béquille principale des Bleus. Son premier acte a été un vrai plaisir, il a joué aussi et souvent que le jeu l’exigeait. En tant que chef d’orchestre, il est également responsable de la mauvaise animation offensive lors du deuxième acte.

  • En bref… Un pétard et un coup de pompe.

Olivier Giroud: 4

Si efficace en Bleu depuis des années, il a ruiné deux caviars Hernandez ce mercredi, tout seul à six mètres (11e), et Pavard, tête non cadrée (32e). Une gêne inhabituelle qui obscurcit le budget malgré la forte activité de construction.

  • En bref… Un Giroud maladroit est un Giroud beaucoup moins utile.

Remplacé par Paul Pogba (63e).

READ  PSG-Basaksehir: Ba et le 4e arbitre Sebastian Coltescu se seraient réconciliés

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer