septembre 28, 2021

Cambodge Soir

Dernières nouvelles et actualités mondiales de France 24 sur les affaires, les sports, la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique

Les patrons de l’antivirus affrontent la police à Paris, en mars | Voix Amérique

PARIS – Des milliers de personnes ont défilé samedi à Paris et dans d’autres villes françaises pour protester contre le laissez-passer spécial de la France contre le virus. La plupart des manifestations étaient pacifiques, mais certaines à Paris se sont heurtées à la police anti-émeute, qui a tiré des gaz lacrymogènes.

Environ 3 000 forces de sécurité ont été déployées autour de la capitale française au cours du troisième week-end contre le laissez-passer, qui est bientôt nécessaire pour entrer dans les restaurants et autres lieux. La police parisienne a pris position sur les Champs-Elysées pour protéger la célèbre Avenue.

Les législateurs français ont adopté un projet de loi exigeant un laissez-passer dans la plupart des endroits jusqu’au 9 août, car les infections virales sont en augmentation et les hospitalisations. Le référendum soutient un laissez-passer français majoritaire, mais certains s’y opposent avec véhémence. Le PASS requiert un vaccin ou un test rapide négatif ou une preuve de guérison récente de Covit-19 et rend obligatoire le concours de vaccination pour tous les agents de santé à la mi-septembre.

Pour les manifestants anti-PAS, la liberté était le slogan du jour.

Hagar Amur, une infirmière de 37 ans, a démissionné de son poste, accusant le gouvernement d’avoir recours à une forme de chantage.

“Je ne pense pas qu’on devrait nous dire quoi faire”, a-t-il déclaré à l’Associated Press, ajoutant que le personnel médical français avait été très mal traité lors de la première vague de COVID-19. “Maintenant, tout d’un coup, on m’a dit que si nous n’étions pas vaccinés, ce serait de notre faute si les gens étaient pollués. Je pense que ce n’est pas malade.”

READ  Smiley : Larmes dans un cimetière en France | Smiley Anders

Des tensions ont éclaté lorsqu’une énorme manifestation a eu lieu devant la célèbre boîte de nuit du Moulin Rouge dans le nord de Paris. Pendant la marche, les manifestants ont affronté les manifestants dans des affrontements rapprochés. La police a utilisé ses poings à plusieurs reprises.

A Paris le 31 juillet 2021, des manifestants ont participé à une manifestation appelant à un mouvement “coupe jaune” contre les restrictions françaises, dont un laissez-passer sanitaire obligatoire pour lutter contre l’éruption du COVID-19.

Fumée lacrymale, canon à eau, blessures

Les manifestants se sont dirigés vers l’est et certains ont attaqué la police avec des objets, la police a tiré des grenades lacrymogènes et une brume a rempli le ciel. Un manifestant a été retrouvé en train de saigner à la tête et un policier a été emmené par des collègues. Trois policiers ont été blessés, selon le journal français citant la police. La police a répondu à la réunion de Rowdy, le rassemblement s’est transformé en manifestants sur les manifestants car ils se sont terminés à Bastyle.

La marche pacifique était dirigée par la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen, un ancien haut-lieutenant qui a décidé de former son propre petit parti d’opposition à l’UE. Mais la nouvelle cause de Florian Philipot, contre le virus bass, semble être très populaire. Son équipe de centaines de personnes a marché samedi vers le ministère de la Santé.

Parmi les absents cette semaine figurait Fran சிறியois Azelino, chef de l’Union républicaine populaire, un autre parti d’opposition de l’UE plus petit, et fervent militant contre le laissez-passer santé, qui est venu avec le gouvernement-19. Dans une vidéo diffusée sur le site Internet de son parti, Azelino, qui n’a pas été hospitalisé, a appelé la population à condamner le laissez-passer sanitaire “absurde, injuste et totalement liberticide”.

Les autorités françaises appliquent le Pass Santé car la variante delta très contagieuse fait de fortes infiltrations. Plus de 24 000 nouveaux cas quotidiens ont été confirmés vendredi soir, contre quelques milliers de cas par jour au début du mois.

L’annonce du gouvernement de l’entrée en vigueur du premier pass sanitaire le 9 août a enregistré de nombreux Français qui n’ont pas été vaccinés donc leur vie sociale ne sera pas fermée pendant les vacances d’été. Les vaccins sont maintenant disponibles à divers endroits, y compris certaines plages. Plus de 52% de la population française a été vaccinée.

Environ 112 000 personnes en France sont mortes du virus depuis le début de l’épidémie.