Monde

Les Pays-Bas suspendent l’utilisation du vaccin AstraZeneca

Les Pays-Bas ont à leur tour annoncé ce dimanche la suspension de l’administration du vaccin AstraZeneca.

Les Pays-Bas sont devenus ce dimanche le sixième pays d’Europe à suspendre l’utilisation du vaccin Covid-19 d’AstraZeneca par précaution, une nouvelle déception pour le laboratoire suédo-britannique déjà incapable de livrer les quantités promises à l’Union européenne.

L’utilisation du vaccin est suspendue jusqu’au 28 mars inclus dans le pays, après que des “effets secondaires possibles” aient été signalés au Danemark et en Norvège, sans lien avéré à ce stade.

“Appuyez sur le bouton pause par précaution”

“Sur la base de nouvelles informations, l’Autorité néerlandaise des médicaments a conseillé, par mesure de précaution et dans l’attente d’une enquête plus approfondie, de suspendre l’administration du vaccin AstraZeneca” contre Covid-19, a indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué.

“La question cruciale est de savoir si ce sont des plaintes après la vaccination ou en raison de la vaccination. Il ne devrait y avoir aucun doute sur les vaccins”, a déclaré le ministre de la Santé, Hugo de Jonge, dans le rapport.

“Nous devons toujours faire attention, c’est pourquoi il est sage d’appuyer maintenant sur le bouton pause par précaution”, a-t-il ajouté.

“En attente d’une enquête plus approfondie”

La Norvège, comme l’Islande ou le Danemark, a annoncé jeudi la suspension des injections du vaccin AstraZeneca, invoquant le principe de «précaution» en raison des craintes liées à la formation de caillots sanguins. La Bulgarie a emboîté le pas vendredi et la Thaïlande a retardé sa campagne.

Aucun cas de ce type n’est actuellement connu aux Pays-Bas, a indiqué le ministère, mais il conseille aux personnes qui ont reçu le vaccin de contacter leur médecin si elles présentent des symptômes “inattendus et / ou inconnus” après trois jours.

READ  MENU. Couvre-feu, endiguement local ou total ... Comment nos voisins européens tentent-ils d'endiguer la deuxième vague de Covid-19?

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré vendredi qu ‘”il n’y avait aucune raison de ne pas utiliser” le vaccin mis au point par le laboratoire suédo-britannique AstraZeneca et l’Université d’Oxford. AstraZeneca affirme que son vaccin est sûr.

Jeanne Bulant avec l’AFP Journaliste BFMTV

Benoit Béringer

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer