Monde

Les policiers jouent le droit d’auteur pour ne pas apparaître en vidéo sur les réseaux sociaux

Les membres des forces de l’ordre utilisent désormais des algorithmes de protection du droit d’auteur pour éviter d’apparaître sur les réseaux sociaux. A Beverly Hills, cette pratique est de plus en plus courante devant les journalistes et les militants.

Les réseaux sociaux utilisent fortement les algorithmes de suivi pour modérer le contenu publié par ses utilisateurs. Sur Instagram comme sur YouTube, le téléchargement d’une vidéo contenant un morceau de musique protégé par le droit d’auteur déclenchera presque toujours un avertissement, voire une mise hors ligne temporaire, tandis qu’un modérateur réel peut intervenir. Les policiers l’ont bien compris et certains n’hésitent pas à jouer de la musique très populaire sur leur téléphone lorsqu’ils sont filmés, dans l’espoir de ne pas apparaître en ligne.

En témoigne plusieurs vidéos publiées sur Internet ces dernières semaines, notamment un film récemment tourné à Los Angeles, où le policier de Berverly Hills Julian Reyes joue avec plaisir un classique des Beatles, Hier, dans ce but précis. C’est l’activiste Sennett Devermont qui a mis en ligne cette vidéo et il s’avère que plusieurs agents de Beverly Hills ont ce reflet sous l’objectif de smartphones. Si Julian Reyes ne daigne pas répondre à la question posée par Sennett Devermont, le sergent Billy Fair sur place explique simplement que la pression exercée sur les policiers sur le terrain est trop forte, ce qui explique l’attitude de ses collègues qui n’en veulent plus. être trouvé en ligne. Leur peur? Ces images sont prises hors de leur contexte.

READ  le vraquier Wakashio s'est cassé en deux

Pour Nick Simmons et Adam Holland de Lumen Database interviewés par Vice.com, le droit d’auteur peut vraiment être transformé en arme numérique “ par la police. Selon ces chercheurs, lors des manifestations du mouvement Black Lives Matter, de nombreuses vidéos ont été retirées des plateformes pour violation du droit d’auteur. Des cas isolés simples? Apparemment oui, mais il existe une théorie selon laquelle la police du monde entier pourrait essayer de détourner les mécanismes de modération pour empêcher les manifestants et les journalistes de les publier en ligne.

“Les forces de l’ordre, ou même toute personne qui a tenté d’empêcher le partage vidéo en ligne d’un événement particulier, doit simplement s’assurer que l’audio protégé par le droit d’auteur est présent avec clarté et un volume suffisamment reconnaissable dans le contexte d’un événement ou autre.”, expliquent-ils. Une possibilité qui pourrait avoir des répercussions à un moment où le projet de loi sur la sécurité mondiale est encore fortement contesté en France, à commencer par un caractère pratique sur le terrain.

Benoit Béringer

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer