Science

Les voitures neuves sentent bon, mais ce n’est pas une bonne nouvelle pour votre santé: édition du soir Ouest-France

Par Julie-Solveig SAINT-GERMES

Selon une étude récente menée par des chercheurs américains, l’odeur unique et parfois enivrante des voitures neuves n’est pas sans risques pour la santé. Nouveaux et récemment traités, les matériaux qui composent l’habitacle risquent de libérer des particules toxiques.

Entrez pour la première fois dans une voiture la nouveauté que nous venons d’acheter est pour certains une expérience digne d’un plaisir gastronomique. Car dans un véhicule qui vient de quitter l’usine il y a souvent une agréable odeur de neuf, capable de faire tourner la tête des passionnés d’automobile.

Malheureusement, comme une étude récente publiée dans la revue Science Direct, cette odeur parfois enivrante pour les amateurs de voitures n’est pas vraiment une bonne nouvelle. Cela pourrait être nocif pour la santé.

Produits chimiques cancérigènes

C’est en se concentrant sur les produits responsables de cette odeur automobile unique que les scientifiques américains de l’Université de Californie à Riversdale ont pu mettre en évidence le potentiel cancérigène de certains des composés chimiques contenus dans les nouveaux matériaux des véhicules. Selon eux, la nocivité de ces composés est même comparable à celle des gaz émis par les tuyaux d’échappement.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont spécifiquement mesuré les niveaux de cinq composés chimiques (benzène, formaldéhyde, DEHP, DBP et TDCIPP) captés dans l’air à l’intérieur des nouvelles voitures et considérés comme toxiques et cancérigènes.

En analysant ces concentrations et la durée moyenne des trajets, les scientifiques américains ont d’abord conclu que les longs trajets quotidiens (plus de 20 minutes par jour) présentaient un risque accru de développer certains types de cancer, notamment dans une voiture neuve.

READ  Météo du week-end: pluie et vent dans le nord-ouest

Le benzène et le formaldéhyde ont été identifiés

Selon les chercheurs, les matériaux utilisés pour composer l’habitacle des voitures sont en cause. Fraîchement sorties de l’usine, elles continuent à libérer une partie du traitement chimique qu’elles ont subi.

Et comment “Ces produits chimiques sont très volatils”, ils bougent facilement “Du plastique et des tissus à l’air que vous respirez”, expliquent les scientifiques dans leur étude.

Ces produits chimiques comprennent notamment le benzène et le formaldéhyde, utilisés dans la fabrication de véhicules. Trouvé dans les tapis et les peintures, le formaldéhyde est en fait connu pour être cancérigène à des niveaux élevés.

Il en va de même pour le benzène, présent dans le pétrole brut et le caoutchouc, qui est également accusé de présenter un risque pour la reproduction et la croissance.

Ventiler pour limiter les risques

Les chercheurs mettent donc en garde les automobilistes qui effectuent régulièrement des trajets en voiture de plus de 20 minutes. Aalekhya Reddam, auteur principal de l’étude, nuance cependant les risques en les soulignant“Il existe une plage d’exposition qui dépend de la durée du séjour dans la voiture et de la quantité de composés que le véhicule émet”.

De plus, il existe quelques conseils pour limiter les risques potentiels. Les scientifiques rappellent notamment que la ventilation quotidienne de l’habitacle, l’ouverture des vitres, permet cela, par exemple “Pour diluer la concentration de produits chimiques” en suspension.

Les plus résistants au froid pourront s’essayer à l’ouverture des vitres jusqu’à ce que les bonnes nouvelles odeurs disparaissent, mais il est également possible, voire conseillé, de retirer les revêtements plastiques internes du tableau de bord.

READ  Voici la boisson qui protège contre le cancer du foie, selon une étude

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer