Science

L’étude confirme la capacité du coronavirus à pénétrer dans le cerveau

https://cdnfr1.img.sputniknews.com/img/07e4/08/1d/1044340661_163:0:1771:904_1200x675_80_0_0_ea98c7405eabe557d5ecfab87b3479b9.jpg

Spoutnik France

https://cdnfr2.img.sputniknews.com/i/logo.png

https://fr.sputniknews.com/sci_tech/202010101044556084-une-etude-confirme-la-capacite-du-coronavirus-a-penetrer-dans-le-cerveau/

Des autopsies de patients décédés de Covid-19 ont révélé des traces du virus dans le cerveau de la plupart d’entre eux, selon une étude menée à l’hôpital universitaire de Hambourg-Eppendorf et publiée dans The Lancet. Aucune preuve de lésion du système nerveux central n’a été trouvée.

Des chercheurs de la clinique universitaire de Hambourg-Eppendorf ont trouvé des traces de coronavirus dans le cerveau de la plupart des patients décédés de Covid-19. Les résultats de leur étude ont été publiés dans la revue The Lancet.

L’autopsie a été réalisée sur 43 patients décédés âgés de 51 à 94 ans (médiane 76 ans). Le SRAS-CoV-2 peut avoir été détecté dans le cerveau de 21 (53%) des 40 patients examinés. Des protéines virales ont été trouvées dans les nerfs crâniens provenant du tronc cérébral inférieur et dans des cellules isolées du tronc cérébral.

Aucune preuve de dommages au système nerveux central

Des lésions ischémiques territoriales fraîches ont été détectées chez six patients (14%). 37 (86%) patients avaient une astrogliose (développement excessif des astrocytes, cellules gliales du système nerveux central).

Les chercheurs rapportent que, en général, les changements neuropathologiques chez les patients atteints de Covid-19 semblent être légers, les changements neuro-inflammatoires prononcés dans le tronc cérébral étant la découverte la plus courante.

«Il n’y avait aucune preuve de dommages au système nerveux central directement causés par le SRAS-CoV-2», résument-ils.

Cependant, les chercheurs précisent que leurs résultats doivent être validés dans les études futures car le nombre de cas et la disponibilité des données cliniques étaient faibles et les témoins appariés selon l’âge et le sexe n’ont pas été inclus.

READ  Apparu en 2012? Une nouvelle hypothèse liée à l'émergence du coronavirus avancé

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer