Économie

L’excédent d’épargne français fera-t-il bientôt l’objet d’une hausse d’impôt?

Pour faire face à la crise du Covid-19, certains élus appellent l’exécutif à prendre le contrôle d’une partie de l’excédent d’épargne français, qui s’est concentré principalement sur les plus riches. Une option pour le moment rejetée par le gouvernement.

(Photo d'illustration) (AFP / FRED TANNEAU)

(Photo d’illustration) (AFP / FRED TANNEAU)

Privés de voyages et d’un bon nombre d’activités de loisirs depuis près d’un an en raison de la crise sanitaire du Covid-19, les Français ont économisé massivement. Selon les dernières données de la Banque de France publiées vendredi 19 février, le taux d’épargne, ou le revenu disponible non consommé, des Français a augmenté au troisième trimestre 2020 à 18,8%, contre 14,4% en 201, Les échos . Cet excédent pourrait atteindre 130 milliards d’euros sur toute l’année. , soit plus que le plan de relance du gouvernement de 100 milliards d’euros, souligne le journal économique.

Alors que le gouvernement demande aux Français de dépenser cet argent pour relancer l’économie, certains élus demandent une augmentation de la fiscalité sur cet excédent placé principalement sur des comptes d’épargne réglementés ou des comptes courants.

L’épargne comme «fonds de guerre»?

“Tout le monde est d’accord sur l’observation et la nécessité, mais il existe un véritable bloc idéologique pour mobiliser cette épargne de manière plus utile que sur de simples placements liquides “, estimations de Échos Rémi Féraud, sénateur socialiste et membre de la commission des finances, rappelant que Nicolas Sarkozy avait mis en place une fiscalité financière après la crise de 2008. “Cette épargne ne devrait-elle pas être considérée comme un fonds de guerre?” , rappelle ironiquement son collègue socialiste Thierry Cozic, en référence aux déclarations d’Emmanuel Macron qui avait assuré au début de la crise que la France était en guerre.

READ  deux offres de qualité pour un forfait de 80 Go

Une demande motivée notamment par le profil des épargnants. “Les 20% des familles les plus riches ont accumulé 70% de ces économies “, rappelle Thierry Cozic, citant des données du Conseil d’analyse économique (CAE).” L’aggravation des inégalités se prête à une contribution exceptionnelle des entreprises les plus riches et les plus performantes de la crise », insiste Rémi Féraud.

Mercredi dernier, le sénateur LR Emmanuel Capus a, pour sa part, déclaré lors d’une audition intitulée “Comment orienter et mobiliser au mieux l’épargne financière des familles liées à la crise sanitaire pour accompagner la reprise?” que «l’Etat a un rôle à jouer» pour que cette «épargne disponible» soit «investie dans le futur».

“Il ne faut pas considérer l’épargne des Français comme un pot à puiser”, estime Valérie Plagnol, présidente du Cercle des Épargnants, qui explique que si les épargnants sont aussi «prudents» avec leur épargne, c’est à cause de l’incertitude sur l’avenir.

Le gouvernement rejette pour le moment toute augmentation des impôts.

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer