Science

L’hypothèse de la vie dans les nuages ​​de Vénus s’évapore un peu plus

Les astronomes français n’ont trouvé aucune trace de phosphine, un gaz dont la présence présumée serait inexplicable.

La planète Vénus.
La planète Vénus. 183825327 / pe3check – stock.adobe.com

Le 14 septembre, une équipe de chercheurs britanniques et américains a suscité la crainte au sein de la communauté astronomique en annonçant Astronomie de la nature la présence éventuelle de bactéries dans les nuages ​​de Vénus. Une hypothèse avancée par la Britannique Jane Greaves et ses collègues pour expliquer le fait qu’ils ont détecté la présence de phosphine, un gaz dont aucun autre phénomène naturel connu ne pourrait expliquer la présence dans l’atmosphère vénusienne.

Un peu plus d’un mois après cette annonce choquante, l’hypothèse a pris un coup dur à l’aile: en extrayant d’anciennes observations de leurs tiroirs, les astronomes français n’ont trouvé aucune trace de phosphine. “Notre nouvelle étude ne peut pas complètement exclure la présence de phosphine, mais si le gaz était présent, il serait à des concentrations au moins 4 fois inférieures à ce qui a été annoncé dans Nature Astronomy”, explique Emmanuel Marcq, planétologue à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 63% à découvrir.

Abonnement: 1 € le premier mois

Il peut être annulé à tout moment

READ  les sirènes d'avertissement imitent le hurlement des loups

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer