Actualité à la Une

lors de son audition, Samuel Paty a nié vouloir stigmatiser les musulmans

Il a nié les allégations de la fille qui l’a inculpé. Lors de son audition au commissariat le 12 octobre, six jours après avoir donné un cours d’éducation morale et civique sur le thème de la liberté d’expression – et quatre jours avant son assassinat à la fin de son collège à Conflans -Sainte-Honorine ( Yvelines) -, Samuel Paty avait fourni une autre version des faits, selon information de Franceinfo.

Une plainte a été déposée par le parent d’un élève contre le professeur d’histoire-géographie pour “Diffusion d’images pornographiques”, après que ce dernier eut montré à ses élèves deux caricatures de Mahomet publiées dans Charlie Hebdo. Cet élève parent avait également diffusé une vidéo, qui faisait le tour des réseaux sociaux, dans laquelle il appelait M. Paty “Voyou” et a demandé “Dis stop”. La police a interrogé l’enseignant sur la rumeur selon laquelle il avait demandé à des étudiants musulmans de se présenter et de quitter la salle de classe. Il a fermement nié:

«J’ai suggéré à mes élèves de détourner le regard pendant quelques secondes s’ils pensaient être choqués pour une raison ou une autre.. A aucun moment je n’ai dit aux étudiants: “Musulmans, vous pouvez sortir parce que vous serez choqués.” Et je n’ai pas demandé aux étudiants qui étaient de confession musulmane. “

Article réservé à nos membres Lire aussi Lors de la marche blanche pour Samuel Paty à Conflans: “Combien de fois faudra-t-il manifester?”

Hommage national

L’enseignant a également précisé cela l’élève – dont le père a porté plainte – qui se plaignait de l’attitude de son professeur n’était pas présent pendant le cours en question. “Ce dernier le place en fait le 5 octobre, alors qu’en réalité il a eu lieu le 6 octobre”, rapporte Franceinfo.

READ  Près de 10000 nouveaux cas en France, Biden répond à Trump ... Mise à jour sur le coronavirus

«Il a inventé une histoire à travers la voix des étudiants. Il s’agit d’une fausse déclaration dans le but de nuire à l’image du professeur que je représente, du collège et de l’institution “, a dénoncé Samuel Paty, qui a à son tour porté plainte pour “Diffamation publique” à propos de la vidéo publiée par le père de cet élève.

Article réservé à nos membres Lire aussi «L’enseignement est vu comme un service»: la relation parfois difficile entre les enseignants et les parents

Samuel Paty, 47 ans, a été décapité vendredi près de son collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) par un réfugié de 18 ans d’origine tchétchène après avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet lors d’un cours de liberté d’expression. La France lui rend un hommage national à la Sorbonne mercredi, en attendant sept personnes seront présentées à un juge antiterroriste au cours de la journée au vu d’éventuels actes d’accusation suite à l’assassinat du capitaine.

La cérémonie, en présence de 400 invités, dont une centaine d’étudiants des institutions d’Ile-de-France, débutera à 19h30 dans la cour de la Sorbonne, lieu symbolique de l’esprit des Lumières et de l’éducation. Selon l’Elysée, le président, Emmanuel Macron, devrait arriver un peu plus tôt pour remettre à titre posthume la Légion d’honneur au maître, en présence de sa famille.

Notre sélection d’articles sur l’attaque de Conflans-Sainte-Honorine

Le monde

Alphonse Dumont

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer