La technologie

Ludovic Le Moan remplacé à la tête de Sigfox

Ludovic Le Moan n’est plus à la tête de Sigfox, la société qu’il a co-fondée en 2010 près de Toulouse. La société annonce mercredi 17 février qu’elle a nommé Jeremy Prince au poste de PDG. Ce dernier occupait auparavant le poste de président de Sigfox USA depuis mars 2019 et fait partie du comité exécutif de la startup. De son côté, Franck Siegel a été confirmé comme directeur général adjoint.

“Nous avons la plus grande reconnaissance pour la façon dont Ludovic a dirigé Sigfox au cours des 10 dernières années. C’est sans aucun doute la vision qui a alimenté les succès de Sigfox, et l’héritage de Ludovic continuera de se faire sentir dans tout l’écosystème. Nous le remercions sincèrement pour ses précieuses contributions” , a déclaré Anne Lauvergeon, présidente du conseil d’administration de Sigfox.

“Je souhaite bonne chance à Jeremy et je suis convaincu qu’il amènera Sigfox à la prochaine étape de son évolution”Ludovic Le Moan a réagi dans le communiqué de presse de l’entreprise.

Lisez aussi: Cinq startups d’Occitanie dans la French Tech 120

Mécène emblématique de l’écosystème toulousain

C’était un tonnerre dans la ville rose alors que le chef incarnait Sigfox et le récit de son succès. Lors d’une matinée organisée par La galerie en juillet 2019, il est revenu à sa carrière atypique. Lui ici en général dans un bar HLM du Havre, il avait mis plusieurs années à trouver son chemin. Finalement, il est diplômé en école d’ingénieur à l’Ensimag à Grenoble. Le reste, nous le savons. Après dix ans de programmation informatique chez Schneider, il fonde deux sociétés: d’abord Anyware vendue sept ans plus tard pour 13 millions d’euros, puis Goojet (gestion de contenu web) puis absorbée par Scoop.it. En 2010, après avoir rencontré Christophe Fourtet, surnommé le “Mozart de la radio” et qui a eu l’idée d’un réseau bas débit pour les objets connectés, la société Sigfox est née à Labège.

READ  C'est confirmé, Windows ARM peut être virtualisé sur Mac Apple Silicon

En 2016, l’entreprise lève 150 millions d’euros, ce qui en fait la deuxième levée de fonds en France après celui de BlaBlaCar. Ludovic Le Moan voit grand pour Sigfox avec l’ambition d’en faire une “licorne”. L’automne dernier, dans une interview exclusive avec La galerie, le dirigeant a indiqué que l’entreprise avait déjà connecté 16 millions d’objets connectés en 2020 avec “l’objectif d’atteindre 100 millions d’ici 2023“.

Lisez aussi: Sigfox: Ludovic Le Moan vise «100 millions d’objets connectés d’ici 2023» sur son réseau 0G

Mais Sigfox a fait face à de nombreuses turbulences ces derniers mois. La société, qui n’a pas encore atteint l’équilibre, a cédé son réseau allemand au fonds d’investissement Cube Infrastructure fin septembre. Dans le même temps, la startup a également annoncé la mise en place d’un PSE de 47 personnes dont 25 départs volontaires, sur près de 400 salariés.

Outre Sigfox, Ludovic Le Moan espérait voir naître une «Silicon Valley des objets connectés» à Labège. L’idée était de profiter de la forte croissance de Sigfox pour attirer des centaines de startups dans le domaine des objets connectés en format un campus de 20 000 m2 au cœur de cette “Vallée IOT”. Avec la sortie de Ludovic Le Moan, que deviendra ce projet?

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer