divertissement

Mimie Mathy, son retour à la télévision, sa vie de famille … L’actrice se confie!

Corinne Touzet, l’ancienne héroïne deUne femme d’honneur de retour sur TF1 pour un nouvel épisode de Joséphine, ange gardien, diffusé le 28 décembre. L’occasion de l’entendre.

Ces dernières années Corinne Touzet privilégié le théâtre. Sa dernière apparition sur le petit écran remonte au téléfilm Meurtres sur le lac Léman, sur France 3, en 2016. Alors qu’elle vient d’avoir 61 ans, on la retrouve enfin, ce lundi 28 décembre sur TF1, aux côtés Mimie Mathy dans un nouvel épisode de Ange gardien Joséphine, intitulé Mon fils de la lune.

Télé-Loisirs: Présentez-nous Suzanne, la courageuse mère que vous incarnez dans cet épisode de Joséphine ?

Corinne Touzet: Suzanne est avant tout une mère. Theo, un enfant autiste atteint du syndrome d’Asperger, qui est une forme très spécifique d’autisme, grandit. C’est une femme qui fera de grands efforts pour s’assurer que la garde de son enfant lui soit laissée, car ils ont tous les deux une relation quelque peu conflictuelle où commence le feuilleton. Théo est un peu en colère parce qu’il est adolescent, il n’est plus un gamin. La façon dont le scénario a été abordé est très intéressante, car il parle des problèmes que ces parents rencontrent. Le petit jeune homme qui joue mon fils, Lucien Belvès (qui sonne aussi dans Ici tout commence, ndlr), a été formé par un jeune homme atteint de ce syndrome. Il lui a parlé, ils se sont beaucoup vus en séance privée pour se préparer au tournage et je trouve ce jeune acteur étonnant.

Qu’est-ce qui vous a attiré dans ce rôle?

La qualité du scénario m’a fasciné. Les deux auteurs ont fait un travail extraordinaire. J’ai reçu beaucoup d’offres au cours des trois dernières années, mais on ne m’a proposé que des rôles de flic et j’avais l’impression de faire ce que j’avais fait avant. Non pas que je ne jouerai plus jamais un flic, mais ça devrait être différent du spectacle Une femme d’honneur. Ci-joint Joséphine, J’ai trouvé le scénario très correct. Et puis je dois avouer que retrouver Mimie, que je connais depuis 40 ans, a été un vrai plaisir!

READ  Et elle, nous l'avons trouvée!

“Mimie Mathy nous enterrera tous!”

Justement, votre relation avec Mimie Mathy, dites-nous!

Il a une énergie folle! Je pense qu’il nous enterrera tous [elle rit]. Il a ce grand sourire et ce regard. C’était génial car nous sommes toutes les deux des femmes fortes et moi, mon personnage dans Joséphine est fragile, bancal … Je me suis donc retrouvé dans la position opposée à celle où je jouais. Une femme d’honneur. Dans la série policière, je me suis souvent retrouvé face à des personnages affaiblis parce que leurs enfants avaient disparu ou autre chose … J’aimais y jouer, j’étais comme un gamin. J’ai retrouvé la nervosité de mes débuts, j’avais peur, j’avais les frites, mais j’aimais ça. C’est agréable de me dire qu’avec mon âge, je peux encore avoir peur. Je me suis dit: “Tu es en vie ma fille!”.

La dernière fois que nous vous avons vu à la télévision, c’était en 2016 en France 3. Aimez-vous toujours jouer dans des séries télévisées?

Je me suis surpris en m’amusant tellement, oui. Au théâtre je suis extrêmement heureux car je produit mes pièces, j’achète des pièces, je les fais traduire … Je suis fière de ce voyage au théâtre que j’ai réussi à mener. Mais ça y est, l’envie de trouver des télévisions me chatouille là-bas, je le sens. Mais pour vous dire à quel point cela a fonctionné pour moi, c’est que j’ai rencontré les auteurs de l’épisode de Joséphine où je joue et que nous travaillons ensemble sur un projet … Je peux seulement vous dire que c’est un projet de mini-série. Je suis assez content de ce qui est préparé.

“J’ai trouvé l’envie de faire de la télévision …”

Ce retour à la télévision vous a-t-il encouragé à vous montrer davantage sur le petit écran?

J’ai retrouvé l’envie, eh bien, je l’ai peut-être perdu … Bon, non pour être honnête, je n’avais pas perdu l’envie de tirer, car j’adore ça. C’est ma vie télévisuelle, je suis né sur le plateau et je pense que j’y mourrai. J’avais trop peur de ne pas pouvoir convaincre les chaînes, toutes ensemble, du travail que je faisais sur tel et tel projet, une série ou une histoire similaire … qui valait la peine d’être signée car elles ont toutes des papiers très compartimentés pour rentrer dans les boîtes. Et nous tous, les acteurs, les scénaristes, les producteurs … croyons toujours que nos idées sont géniales. Et puis souvent, au final, ils n’achètent pas le projet, même si nous y travaillons depuis des mois, voire des années. Nous sommes donc très frustrés. Alors au bout d’un moment, je me suis ennuyé.

READ  Les frères Bogdanoff seront jugés pour "fraude" sur un millionnaire (révélations)

Vous a-t-on proposé de rejoindre le casting d’un feuilleton quotidien?

Oui, mais je ne vous en dirai pas plus, car plus tard vous me demanderez lequel. Et je ne vous répondrai pas. Parce que je sais que vous me demanderez “pourquoi avez-vous refusé?”, Et que je ne me permettrai pas de le dire [elle rit]. Mais oui, cela m’a déjà été proposé.

“Je suis très fière d’avoir été une femme d’honneur”

Dans votre belle carrière, de quoi êtes-vous le plus fier?

Vraiment, je suis très fier d’avoir été Une femme d’honneur, dans le sens où il n’est pas donné à tous les acteurs d’atteindre le plus grand nombre de spectateurs et d’atteindre le plus grand nombre. C’est donc une grande fierté. Mais je suis aussi très fier d’avoir pu créer ma propre société de production et d’avoir produit mes téléfilms (Maldonne, Une mère pour un cœur…). Pas seulement, bien sûr, avec des partenaires, des chaînes … et j’en suis fier car je n’en savais rien. J’ai beaucoup appris sur l’écriture, l’édition, la collaboration … je trouve ça fascinant! Et troisièmement, je suis également très fier des spectacles que je produis et que je joue au théâtre. Parce que ce sont des pièces difficiles et que je fixe le niveau assez haut. Ensuite, il y a eu aussi quelques échecs, mais nous apprenons de tout cela!

Comme ton personnage dans Joséphine, êtes-vous une mère protectrice au quotidien?

Oui, j’ai finalement abandonné un peu car elle a maintenant 26 ans (la fille unique de Corinne Touzet s’appelle Jeanne, ndlr). Je suis très maternelle, très affectueuse, très anxieuse aussi, j’ai peur qu’il lui arrive quelque chose. Je n’en ai qu’un donc évidemment … si j’en avais eu deux ou trois je pense que j’aurais laissé tomber plus tôt. Mais c’est tout, depuis trois ans, il est autonome et indépendant. Il va très bien aussi. C’est ma petite amie et ma meilleure amie!

READ  le réalisateur et producteur Luc Besson placé sous le statut de témoin assisté

“Je veux faire du théâtre et de la télévision”

Que voulez-vous aujourd’hui?

J’aimerais vraiment pouvoir faire du théâtre et de la télévision. Sans avoir à faire un choix entre les deux, comme c’est typiquement le cas en France où les joueurs doivent souvent choisir l’un ou l’autre, contrairement à nos voisins britanniques. Parmi mes prochains projets se trouve la pièce Juste un embellissement, de Davie Hare, mise en scène par Christophe Lidon. Si Covid laisse un peu nos bottes, il faut commencer le 26 mars 2021. Et puis, la naissance a déclenché une forte envie de voyager dans ma famille! J’ai toujours aimé voyager, mais franchement je me suis dit: “Dépêchez-vous, rattrapez le temps perdu et découvrez le monde!”. Donc, l’année prochaine, je ferai quelques voyages si je peux. La vie est trop courte et la planète trop belle pour ne pas la rencontrer.

J’ai aussi lu que vous aimeriez passer la fin de votre vie en Italie …

Je veux finir ma vie là-bas, oui. J’ai encore des choses à faire avant, mais oui, un jour je déménagerai en Italie. Mon arrière-grand-père est originaire des Pouilles, j’ai donc beaucoup voyagé en Italie. Je suis amoureux de Rome et de la joie de vivre des Italiens qui me manque terriblement. Je préfère y être retraité qu’en France. Bien que la France soit un beau pays. J’aime cette ambiance méditerranéenne où l’on boit, mange, rit … ça me convient parfaitement!

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer