Monde

Nancy Pelosi lancera plusieurs actions pour faire partir Donald Trump

Alors que les appels républicains à la démission de Donald Trump se multiplient, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a déclaré qu’elle était prête dimanche 10 janvier à lancer plusieurs actions rapides dans les prochains jours pour garantir le départ du président sortant, notamment une deuxième procédure de destitution, suite aux violences de mercredi au Capitole.

Donald Trump pourrait ainsi devenir le seul président américain de l’histoire inculpé à deux reprises dans une telle procédure de destitution.

Article réservé à nos membres Lire aussi En deux mois, Donald Trump est passé du statut de recours potentiel à celui de paria

Les démocrates feront d’abord appel à Mike Pence

Dans une lettre aux députés, Nancy Pelosi explique qu’un vote aura lieu lundi ou mardi sur une résolution demandant à Mike Pence d’invoquer 25est amendement à la Constitution des États-Unis, qui permet la révocation d’un président jugé inapte à exercer ses fonctions.

Fidèle à Donald Trump mais n’ayant plus de contact avec lui depuis les événements de mercredi dernier, Mike Pence n’a jusqu’à présent montré aucune volonté d’activer cet appareil.

Article réservé à nos membres Lire aussi Président Trump, quatrième année: la dernière chute

Nancy Pelosi précise que le vice-président aura vingt-quatre heures pour répondre à l’injonction de la Chambre, ce qui reviendrait à lui faire approuver les pouvoirs exécutifs pour les dix derniers jours du mandat de Trump. Le président élu Joe Biden devrait prêter serment le 20 janvier sur les marches du Capitole.

“Ensuite, la législation sur la procédure de destitution sera soumise à l’Assemblée”, a écrit Nancy Pelosi. L’acte d’accusation a déjà été rédigé. Dimanche soir, plus de 200 membres élus de la Chambre, soit près de la moitié des représentants, ont soutenu le projet de destitution.

READ  EN DIRECT - Coronavirus: 81 écoles et plus de 2100 classes fermées
Lisez aussi: Que prévoit le 25e amendement à la Constitution, évoqué pour une éventuelle destitution de Donald Trump?

Une première procédure de destitution avortée

Les démocrates pensent que le milliardaire républicain est désormais président “Déséquilibré” est dangereux et doit donc être exclu. Ils estiment également qu’il a encouragé ses partisans à marcher vers le Capitole mercredi dernier où Mike Pence, tenu par la Constitution, a solennellement annoncé les résultats de l’élection présidentielle du 3 novembre. Une victoire de Joe Biden que Donald Trump n’a jamais voulu accepter.

Les élus républicains ont demandé dimanche à Donald Trump de se retirer pour épargner au pays les complexités de la procédure de destitution comme le 25.est amendement.

Lire aussi Comment se déroule une procédure de destitution?

Ce “Ce serait la meilleure option”Le sénateur républicain Pat Toomey (Pennsylvanie) a déclaré à CNN. Depuis l’élection présidentielle du 3 novembre, qu’il a perdue, Donald Trump “Il est tombé dans un état de folie et a commis des actes absolument impensables et impardonnables”, Il ajouta.

“La meilleure chose pour l’unité du pays serait qu’il démissionne”, a ajouté sur ABC Adam Kinzinger, élu républicain de la Chambre (Illinois).

Une procédure non unanime

Isolé à la Maison Blanche, libéré par plusieurs ministres, le président américain ne semble pas vouloir y aller seul. Il prévoit également un voyage au Texas mardi pour faire l’éloge de sa politique d’immigration et la construction du mur frontalier avec le Mexique.

Mais il s’agit d’une procédure longue et compliquée et plusieurs voix se sont élevées dans le domaine démocrate, estimant que cela pourrait ralentir les plans de Joe Biden, qui a fait de la réponse à la pandémie Covid-19 sa priorité.

READ  AstraZeneca fait une pause dans les tests de vaccins

“Donnez 100 jours au président élu” au début de son mandat pour lui permettre de résoudre les problèmes les plus urgents, a suggéré le démocrate de la Chambre James Clyburn. “Nous pourrions peut-être présenter les articles [de mise en accusation] un peu plus tard. “

Le sénateur démocrate Joe Manchin (Virginie-Occidentale), pour sa part, a estimé sur CNN qu’une procédure de destitution après le 20 janvier “Cela n’aurait pas de sens”.

Joe Biden reste très prudent. La décision sur“Mise en accusation” retourne au Congrès, dit-il.

Donald Trump a déjà fait l’objet d’une procédure de destitution, initiée par les démocrates en décembre 2019, en lien avec des pressions sur l’Ukraine pour qu’elle ouvre une enquête sur Hunter Biden, le fils de Joe Biden, alors considéré comme le son grand rival potentiel pour l’élection présidentielle. atout il a été acquitté en février dernier du Sénat, où ses pairs républicains étaient majoritaires à l’époque.

Article réservé à nos membres Lire aussi Procédure de destitution: Donald Trump acquitté dans une Amérique de plus en plus divisée

Notre sélection d’articles sur l’élection présidentielle aux États-Unis

Retrouvez tous les articles de nos correspondants ici.

Sur l’élection:

Sur l’occupation du Capitole:

Et aussi :

Le Monde avec l’AFP et Reuters

Benoit Béringer

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer