Sport

OM 3-1 Nantes: Cuisance ne doit pas quitter le onze! – saison

La réaction était attendue, la réaction est tombée. Évidemment, nous n’aurons pas à rester, mais l’Olympique de Marseille a bien récupéré face à Nantes. Trois buts, quinze tirs dont neuf au but, l’équipe Villas-Boas est enfin à un niveau élevé. Le fan marseillais, surtout, ne regrette pas d’avoir suivi le match: il y avait du jeu, des combinaisons, l’envie de jouer à l’attaque. Certains, en effet, ne pourront s’empêcher de constater qu’à l’avant se trouvait une équipe de la seconde moitié du tableau et que les deux défenseurs nantais chargés de couvrir l’appel de Thauvin en début de match ne se présenteront jamais. un test de vitesse en athlétisme. C’est vrai. Mais côté OM, en seulement trois jours, la transformation est totale. Il suffit de s’attarder sur le match opposant le duo Kamara-Rongier, sur le nombre décidément plus grand de balles récupérées et sur cette envie de les jouer beaucoup plus tard. Il faut dire aussi que devant eux ça ne s’organisait pas de la même manière: il y avait un certain Michaël Cuisance.

Réclamé ces dernières semaines, Cuisance est ses quatre dernières victoires en Ligue 1

Lors d’une conférence de presse d’après-match, il a été invité à le faire André Villas-Boas qui sont les meilleurs matchs de la saison. L’entraîneur a spontanément fait allusion à la victoire contre Bordeaux (avec le même score, 3-1) avec la production de la soirée. Il y a un point commun entre les deux équipes et même Christian Gourcuff l’avait remarqué: quand on ouvre rapidement le score, bien sûr, il est plus facile d’être confiant et de développer le jeu. Contre l’Aquitaine, Thauvin avait également facilité les choses dès les premières minutes. Mais contre Bordeaux comme contre Nantes, il y avait aussi un partant Michaël Cuisance au centre de l’animation offensive. Il a commencé quatre matchs de championnat. Les quatre derniers joués par l’OM. Pour quatre victoires. Ce n’est peut-être pas une coïncidence. Il avait été réclamé ces dernières semaines et André Villas-Boas a répondu qu’il ne l’avait pas vu au milieu du relais.

READ  Les commissaires de Dakar ont réagi aux critiques de Loeb

Cuisance prend le rôle d’Ocampos, dans un autre registre

Enfin, sans se contredire, le coach a trouvé la formule pour l’aligner sur Thauvin et Payet. Dans un 4-2-3-1 avec Cuisance entre les deux habitués. Il est encore temps, on se demandait qui allait pouvoir endosser le rôle de Lucas Ocampos, qui courait pour les deux stars avec Garcia et avait permis de vivre ensemble pendant toute une saison. Ce pourrait donc être Cuisance, qui combinera techniquement à gauche avec Payet avec des passages dans des espaces restreints, mais qui pourra aussi aller à droite pour lancer Thauvin en profondeur, cette arme qui n’a plus trop peu exploité. Et il peut aussi mettre son pied au milieu de terrain. C’est évidemment très flatteur car Thauvin et Payet y ont mis leurs efforts, avec une bonne attitude sur le terrain, à des années-lumière de ce qu’ils avaient pu démontrer contre Lille (1-1) en septembre. Mais l’association des trois mérite une nouvelle chance face à l’Olympiakos pour devenir progressivement une bonne formule pour cet effectif.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer