Science

Ondes gravitationnelles, Covid-19 et mastodontes: l’actualité

Fondamentalement: L’onde gravitationnelle GW190521 révèle de nouvelles populations de trous noirs.

  • L’onde gravitationnelle du 21 mai 2019, GW190521, a révélé des populations de trous noirs de masse inhabituelle.
  • Et surtout, cela confirme directement pour la première fois l’existence de trous noirs de masse intermédiaire.
  • C’est-à-dire que leur masse est comprise entre 100 et 1000 fois la masse du Soleil.

En bonne santé: un spray nasal contre Covid-19, un nouvel angle d’attaque contre l’épidémie.

  • Une équipe française a découvert un mécanisme capable de capturer les particules virales dans l’organisme, évitant ainsi toute infection.
  • Il peut développer un produit sous forme de spray nasal.
  • Une innovation prometteuse, mais qui n’a pas encore été publiée dans une revue scientifique.

En paléontologie: face au réchauffement climatique, la migration des mastodontes.

  • Les mastodontes étaient de grands mammifères qui constituaient une “mégafaune”, dont la plupart des représentants ont disparu il y a environ 11 000 ans.
  • Ces animaux ont occupé une grande partie de l’Amérique du Nord, de l’Alaska au Mexique.
  • Ils ont déménagé dans le nord de l’Amérique du Nord à plusieurs reprises dans leur passé, selon une enquête génétique.

En bonne santé: explosion à Beyrouth, effets sanitaires à plus ou moins long terme.

  • Près d’un mois après les explosions qui ont frappé Beyrouth, le nombre de morts s’élève à plus de 180.
  • Entre traumatisme physique et psychologique et dangers chimiques, quelles sont les conséquences à plus ou moins long terme d’une telle catastrophe?
  • Le professeur Charbel Afif craint que l’inventaire exact des produits stockés dans le port de la capitale ne soit connu. Le scientifique de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth s’interroge notamment sur l’exposition à l’amiante évaporé dans l’atmosphère par l’explosion.
READ  Avoir une dispute avec un narcissique

Dans la nature : Lafarge l’a accusé de rejeter délibérément les eaux usées de son usine parisienne en Seine.

  • Selon les informations révélées par Europe 1, le cimentier français Lafarge rejette volontairement les eaux usées de l’une de ses usines situées le long du fleuve dans la Seine.
  • Dans ces eaux, un mélange de particules de ciment, de liquides de traitement et de microfibres plastiques.
  • “C’est un vrai scandale écologique”, a ému la maire de Paris Anne Hidalgo.

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer