Science

Ondes gravitationnelles, Covid-19 et mastodontes: l’actualité

Fondamentalement: L’onde gravitationnelle GW190521 révèle de nouvelles populations de trous noirs.

  • L’onde gravitationnelle du 21 mai 2019, GW190521, a révélé des populations de trous noirs de masse inhabituelle.
  • Et surtout, cela confirme directement pour la première fois l’existence de trous noirs de masse intermédiaire.
  • C’est-à-dire que leur masse est comprise entre 100 et 1000 fois la masse du Soleil.

En bonne santé: un spray nasal contre Covid-19, un nouvel angle d’attaque contre l’épidémie.

  • Une équipe française a découvert un mécanisme capable de capturer les particules virales dans l’organisme, évitant ainsi toute infection.
  • Il peut développer un produit sous forme de spray nasal.
  • Une innovation prometteuse, mais qui n’a pas encore été publiée dans une revue scientifique.

En paléontologie: face au réchauffement climatique, la migration des mastodontes.

  • Les mastodontes étaient de grands mammifères qui constituaient une “mégafaune”, dont la plupart des représentants ont disparu il y a environ 11 000 ans.
  • Ces animaux ont occupé une grande partie de l’Amérique du Nord, de l’Alaska au Mexique.
  • Ils ont déménagé dans le nord de l’Amérique du Nord à plusieurs reprises dans leur passé, selon une enquête génétique.

En bonne santé: explosion à Beyrouth, effets sanitaires à plus ou moins long terme.

  • Près d’un mois après les explosions qui ont frappé Beyrouth, le nombre de morts s’élève à plus de 180.
  • Entre traumatisme physique et psychologique et dangers chimiques, quelles sont les conséquences à plus ou moins long terme d’une telle catastrophe?
  • Le professeur Charbel Afif craint que l’inventaire exact des produits stockés dans le port de la capitale ne soit connu. Le scientifique de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth s’interroge notamment sur l’exposition à l’amiante évaporé dans l’atmosphère par l’explosion.
READ  découverte d'une protéine pour traiter l'infection

Dans la nature : Lafarge l’a accusé de rejeter délibérément les eaux usées de son usine parisienne en Seine.

  • Selon les informations révélées par Europe 1, le cimentier français Lafarge rejette volontairement les eaux usées de l’une de ses usines situées le long du fleuve dans la Seine.
  • Dans ces eaux, un mélange de particules de ciment, de liquides de traitement et de microfibres plastiques.
  • “C’est un vrai scandale écologique”, a ému la maire de Paris Anne Hidalgo.

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer