Science

ouvrir une enquête pour “mettre en danger autrui”

Saisi cet été par l’Agence du médicament (ANSM) du cas de médecins prescrivant des antibiotiques ou des substances devant éliminer les métaux lourds à des enfants autistes, le parquet de Paris annonce l’ouverture d’une enquête.

Le service de santé publique du parquet a ouvert cette enquête le 11 septembre à “Mettre en danger la personne de quelqu’un d’autre” est “Crimes liés à la conduite de recherches impliquant la personne humaine”, annonce le procureur. Les enquêtes ont été confiées à l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (Oclaesp).

Article réservé à nos membres Lire aussi La détresse des familles d’enfants autistes face aux soupçons des services sociaux

Mardi, l’ANSM a annoncé avoir kidnappé le parquet de Paris cet été pour ces pratiques de prescription dangereuses. L’agence elle-même a été informée fin 2019 à travers sa procédure d’alerte par la présidente de l’association SOS Autisme, Olivia Cattan, et depuis, elle a notamment collecté des témoignages parentaux et des rapports de commandes. ces prescriptions.

ANSM “Elle déconseille formellement ces usages pour lesquels ces médicaments n’ont aucune preuve de leur efficacité et qui exposent ces enfants à des risques, notamment lors d’un usage prolongé”, a déclaré l’agence dans un communiqué mardi.

Luc Montagnier et le «sentier contagieux»

Les pratiques rapportées concernent la prescription “Pendant de longues périodes (plusieurs mois)” de “Médicaments anti-infectieux” (antibiotiques, antifongiques, parasiticides, antiviraux) e “Chélateurs de métaux lourds”, des substances qui devraient éliminer les métaux lourds du corps, dont l’utilisation n’est recommandée qu’en cas d’empoisonnement avéré, a-t-il expliqué.

Selon Olivia Cattan, qui s’apprête à publier un livre sur ces pratiques, une cinquantaine de médecins sont intéressés, dans le sillage de l’association Chronimed, fondée par le controversé professeur Luc Montagnier, et qui ont soigné environ 5000 enfants depuis 2012.

READ  les sirènes d'avertissement imitent le hurlement des loups

Cette année-là, Luc Montagnier, prix Nobel de médecine pour avoir participé à la découverte du virus du sida, défend l’idée d’un “Trace infectieuse” pour expliquer l’autisme. Il a déclaré, dans des vidéos de soutien, que les antibiotiques pourraient améliorer les conditions de la plupart des enfants touchés, provoquant un éloignement immédiat de l’Académie nationale de médecine, qui a accueilli la conférence.

Article réservé à nos membres Lire aussi Près de 70% des enfants autistes n’ont pas de déficience intellectuelle sévère

Le monde avec l’AFP

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer