Économie

“passeports numériques” mais pas d’harmonisation pour relancer le transport aérien

Comment relancer un secteur quasiment arrêté depuis le début de la pandémie de Covid-19? Après l’effondrement du trafic aérien, les entreprises ont commencé à tester des applications pour empêcher la propagation du virus. Le dernier en date est Singapore Airlines. A partir du 15 mars, il inaugure un «passeport numérique» pour ses vols entre Singapour et Londres.

>> Covid-19: passeport de vaccination, carte de santé, flashcode … Quelles routes sont à l’étude en France?

Singapore Airlines utilise l’application Travel Pass conçue par l’Association du transport aérien international (Iata). Cette application, qui fonctionne sur iOS, affiche et authentifie les données de santé des passagers, telles que leurs tests Covid-19 ou leur statut de vaccination. Singapore Airlines commencera à tester cet appareil sur les vols entre Singapour et Londres du 15 au 28 mars. Selon l’entreprise, c’est la garantie de contrôles plus rapides et plus efficaces. D’autres compagnies aériennes prévoient d’utiliser ce Travel Pass, notamment Air New Zeland ou Emirates.

Autre initiative: lundi soir, un premier vol «Covid free» (sans Covid) a fait la liaison de Tel Aviv à New York. La société israélienne El Al a exigé un test d’antigène de tous ses passagers avant de monter à bord de l’avion, à l’exception des vaccinés. Israël veut restaurer ses vols réguliers mais aussi, et c’est le ministre israélien des transports qui le dit, “ramener les Israéliens aux élections”. Des élections législatives sont prévues pour deux semaines dans le pays.

On est loin de s’harmoniser avec cette application Travel Pass ou avec ces mesures «Covid free». Seules quelques grandes compagnies aériennes font ce choix et Air France, par exemple, teste une autre application, l’AOKpass, à partir de jeudi et pendant quatre semaines pour les vols de Roissy-Charles-de-Gaulle vers la Guadeloupe ou la Martinique. Si vous le souhaitez, téléchargez-le lorsque vous effectuez le test PCR dans un laboratoire partenaire Air France et le résultat s’affiche sous forme de QR code à scanner.

READ  L'ampleur de la fraude aux prestations sociales

Alexandre de Juniac, le responsable de l’IATA, a regretté ce manque d’harmonisation sur franceinfo: «Il ne doit pas y avoir trop d’applications pour ne pas compliquer la situation pour tout le monde, que ce soit pour les compagnies aériennes ou, surtout, pour les passagers. C’est un outil de certification indispensable si nous voulons rouvrir les frontières de manière sûre et avec le confiance des États “.

Après cette année noire en 2020, l’industrie aéronautique veut agir rapidement pour sauver la prochaine saison estivale. Le trafic passagers a chuté de 85% en 2020, selon l’IATA, et les choses ne s’améliorent pas en début d’année. Il y a une certaine insistance de la part des entreprises pour que les États légifèrent sur les passeports vaccinaux et les cartes de santé. “Nous avons besoin de certificats internationaux pour une vaccination ou un test pour remplacer les quarantaines”, explique le patron de Lufthansa, première compagnie aérienne européenne pour le nombre de passagers transportés.

La Commission européenne proposera le 17 mars un projet de “passeport vert” numérique pour rendre les voyages plus gratuits. Mais les 27 restent divisés sur la question. La Grèce et l’Autriche, mais aussi l’Espagne, l’Italie, la Bulgarie, le Danemark et la Suède, par exemple, veulent sauver leur saison estivale et aller vite. La France, en particulier, considère que la question est encore prématurée. Bien qu’une carte de santé soit toujours en cours d’élaboration. Les compagnies aériennes veulent donc être prêtes pour l’été et dès que les Etats se seront officiellement positionnés.

De son côté, la Chine vient de lancer un «certificat sanitaire pour les voyages internationaux». Il est officiellement lancé en chinois sur l’application WeChat, disponible sur les smartphones. Il est réservé aux citoyens chinois et contient, via un code QR, des informations de santé sur le statut vaccinal du voyageur et les résultats de ses tests de dépistage Covid-19.

READ  La France face au mur des dettes colossales

Le ministère des Affaires étrangères de Pékin précise que la demande vise à accélérer la “reprise économique mondiale” c’est à “faciliter le franchissement des frontières”. La liste des pays avec lesquels la Chine plaide pour la reconnaissance de ce certificat n’est pas claire pour le moment. Mais cela laisse espérer une extension à long terme du système aux étrangers sur une période de temps et dans des conditions inconnues.

Le sujet est également abordé cette semaine au Palais du Peuple où se tient la session annuelle du parlement chinois. Les délégués suggèrent que ce certificat soit mis en place entre la Chine continentale et Hong Kong, ce qui faciliterait les voyages à nouveau et supprimerait la quarantaine obligatoire à l’arrivée.

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer