Tech

Patrick Drahi tente une acquisition colossale de près de 8 milliards de dollars mais …

Altice: Patrick Drahi tente une acquisition colossale de près de 8 milliards de dollars mais ...

Patrick Drahi et un groupe canadien de télécommunications sont déterminés à acheter le câblo-opérateur québécois Cogeco pour 7,8 milliards d’euros. Mais l’offre est définitivement rejetée.

Altice USA veut grandir dans le pays de l’Oncle Sam. Dans cette optique, le groupe de Patrick Drahi en duo avec Rogers Communications a lancé mercredi 2 septembre une offre publique d’achat de 7,8 milliards de dollars américains sur le grand câblo-opérateur canadien Cogeco, offre rejetée à plusieurs reprises par son actionnaire majoritaire. , la famille Audet. Aujourd’hui, il se clarifie sans équivoque face à la détermination des deux acteurs: “Soyons clair, notre refus ne constitue en aucun cas une position de négociation, il est définitif”.

Plus particulièrement, Altice souhaitait reprendre les activités de Cogeco aux États-Unis, ou sa marque Atlantic Broadband, présente dans 21 États, et ainsi récupérer 1,1 million de clients. En mettant la main sur le neuvième câblo-opérateur du pays, Altice USA aurait pu fouler les parterres de l’opérateur tiers Cox et ses 6 millions de clients, loin derrière Comcast (31,5 millions de clients) et Charter Communications (30 millions de clients). ). Pour lui, c’était avant tout une opportunité de gagner en valeur. Altice USA est né de l’acquisition en 2015 et 2016 de Suddenlink et Cablevision. L’entité du groupe de Patrick Drahi est effectivement devenue le quatrième câblo-opérateur américain avec 4,9 millions de clients. En 2017, Altice avait déjà tenté en vain de racheter le 2ème câblo-opérateur américain. Le pas était trop élevé, si la stratégie de Patrick Drahi d’augmenter les rachats en les finançant par emprunt peut fonctionner, il s’agissait d’un groupe beaucoup plus important qu’Altice USA avec une capitalisation boursière de plus de 120 milliards de dollars.

READ  Un virus dangereux se cache dans ces six applications Android

Selon la presse canadienne, même si Cogeco avait accepté l’offre, le gouvernement aurait probablement tenté d’intervenir.

La source: LaPresse, Journal de Montréal

Benoit Béringer

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer