Économie

Petits magasins et supermarchés: comment le gouvernement a décidé

Dix millions de téléspectateurs le dimanche 1er novembre pour écouter Jean Castex aux «20 Heures» de TF 1. Une audience stratosphérique pour le premier, et le sentiment d’avoir calmé – au moins en partie – la colère des petits commerçants et de certains maires, en annonçant le fermeture de départements non essentiels dans les supermarchés. Sauf que la polémique n’est pas terminée. Et c’était très fatiguant d’y arriver, après plusieurs jours de flou de la part de l’exécutif depuis l’annonce de la reconfirmation mercredi soir par Emmanuel Macron.

Dans le secret d’un échange téléphonique dimanche après-midi entre le locataire de l’Elysée et celui de Matignon, les consignes étaient également claires, quelques heures après le rendez-vous de presse: rappeler aux Français la fermeté de l’exécutif sur les mesures sanitaires prises devant le ‘aggravation de l’épidémie de Covid-19, mais clarifie la situation en faisant un geste pour montrer que le gouvernement reste ouvert à la discussion. Ce week-end, le chef de l’Etat a accroché au téléphone, recevant les avertissements de certains maires furieux et surveillant le mécontentement croissant.

VIDÉO. Il reconfirme: “Nous ne reviendrons pas sur les mesures annoncées”, prévient Jean Castex

Dommage pour ceux qui ont martelé ces dernières semaines la volonté de s’appuyer sur les élus locaux pour sortir de la crise. «Une décision, avant d’être prise, doit être partagée. Cependant, les maires n’ont pas été informés cette fois-ci “, regrette le président de la Génération terrain Karl Olive, élu à Poissy (Yvelines).” C’est dommage, car on aurait pu anticiper le fait que les nouvelles mesures d’endiguement, voire s’ils étaient légitimes sur le fond, ils n’auraient pas passé facilement selon l’opinion », poursuit le maire toujours proche de Macron.

READ  Wall Street termine en baisse de 1,45%

“Castex voulait montrer qu’il avait la main”

Tout au long du week-end, Jean Castex et Bruno Le Maire ont donc tenté de corriger la situation pour sortir de cette polémique. En multipliant les visioconférences avec les fédérations professionnelles, les associations de maires et les propriétaires de supermarchés. Mais avec un sérieux hoquet de communication entre les deux, tout de même: c’est-à-dire l’annulation par Bruno Le Maire de sa participation aux «20 Heures» de France 2 samedi… sur ordre express de Matignon. «Castex a voulu montrer qu’il maîtrisait les publicités et continuer à organiser des consultations le dimanche», précise un pilier de l’exécutif. Résultat, le lendemain matin, le Premier ministre annonce qu’il fera le JT de TF 1 le soir même. Mais, invité à BFMTV à midi, le maire lui crie de courtoisie, révélant la fermeture à venir “des rayons de produits non essentiels” en supermarchés.

Samedi, le ministre de l’Économie a été particulièrement touché par plusieurs échanges téléphoniques. Avec les petits commerçants de son quartier d’Evreux (Eure), tout d’abord très soucieux de leur avenir. Mais aussi avec le PDG de Carrefour Alexandre Bompard, plus tard Michel-Edouard Leclerc, du groupe du même nom. Deux patrons, deux approches: Bompard qui défend avec acharnement le maintien de l’ouverture des départements non essentiels, Leclerc – que Le Maire a toujours considéré dans un petit comité qui “puait le pays” – craignant au contraire les émeutes de petits commerçants dans son hypermarchés. Comme un faux air de crise aussi des gilets jaunes, que le gouvernement veut éviter à tout prix. «Ça n’a rien à voir», défie l’Elysée et Bercy en chœur. “Néanmoins, je ressens une rage froide qui commence à monter”, s’inquiète Karl Olive. “Ce serait une erreur de ne pas le voir, et même de l’anticiper …”, engage un ministre influent.

READ  SFR: une gigantesque black-out frappe les connexions Internet à travers la France

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer