divertissement

«Quand les patrons ont parlé de moi, j’étais prêt à exploser», se souvient Jarvis Scott

Jarvis ne pourra pas intégrer une brigade dans “Top Chef” – Marie ETCHEGOYEN / M6

  • M6 a diffusé ce mercredi le deuxième épisode de la saison 12 Excellent chef.
  • Après un échec au test cardiaque, Jarvis Scott n’a pas pu se qualifier pour le reste de la compétition avec son filet de bœuf en dernier recours.
  • «En gros, c’était un gros défi qui s’est transformé en désavantage», déclare le candidat pour 20 minutes sur son statut de candidat isolé.

Il avait les pires rôles. N’ayant pas réussi à intégrer une brigade la semaine dernière, Jarvis est entré seul Excellent chef. Une position difficile à prendre et qui l’aura mal servi puisque le chef de 24 ans a été éliminé à la suite d’un décès férocement disputé. Il confie 20 minutes sur sa participation à l’émission de
M6, sa position de candidat solitaire et ses impressions après les compliments des chefs lors de son départ.

Comment êtes-vous arrivé dans “Top Chef”?

J’avais postulé Objectif Top Chef ans auparavant et n’avait pas été sélectionné. Ils se sont souvenus de moi des années plus tard pour Excellent chef. J’avais fait du casting, ça n’était pas arrivé et l’année suivante ils m’ont rappelé et je venais de quitter ma copine, j’étais un peu vers le bas et je pensais que je le ferais. J’ai parcouru tous les castings et c’est tout. Cela part d’une sérieuse déception amoureuse et de l’envie de se remettre au top après cette déception.

Avoir un chef de brigade n’était-il pas un inconvénient?

En gros, c’était un gros défi qui s’est transformé en désavantage. Lorsque vous êtes dans une équipe et que votre équipe a tort, le chef choisit qui passe en dernier. Alors que si je me trompe en tant que candidat solitaire, je suis la dernière chance directe. Lorsque vous faites partie d’une équipe, vous êtes moins susceptible d’y aller. Ça m’a pris du temps et je suis tombé dedans Matthias et Mohamed, deux cuisiniers exceptionnels et j’ai eu du mal à rester.

Pensez-vous que votre sort aurait été différent avec un chef de brigade?

Avoir un chef de brigade aurait fait toute la différence parce que j’aurais eu des coups de pied supplémentaires que je ne pouvais pas forcément mettre sur moi-même. Je pense que j’aurais pu avoir une meilleure course dans la série.

Vous avez dit que vos parents ne croyaient pas en vous. Le spectacle changera-t-il les choses?

L’émission a un peu changé les choses en ce sens que quand on passe à la télé, il y a beaucoup de gens qui reviennent et, étrangement, de la famille. Je pense qu’ils sont un peu plus fiers de moi maintenant qu’avant. Je suis fan, je ne suis pas du tout en colère contre ce qui m’arrive, je suis vraiment content. J’ai rencontré des gens formidables. Je n’ai pas la moindre haine pour personne. J’ai l’air très bien dans mes bottes de cowboy!

Quand Mohamed vient vous aider la dernière fois, cela vous frappe-t-il particulièrement?

On y réfléchit plus tard, quand la dernière chance est passée et on se retrouve dans les coulisses. Franchement j’avais les larmes aux yeux, je trouvais que c’était un très beau geste, je ne m’y attendais pas et cela m’a beaucoup ému, je l’ai remercié de sortir de la dernière chance.

Quand vous entendez les critiques élogieuses des chefs à la fin du spectacle, que vous dites-vous?

Quand les chefs ont parlé de moi et ont dit que j’étais une personne sensible, qu’ils me reverraient sûrement dans quelques années, que ce n’était pas fini pour moi, que Paul Pairet a fait des commentaires assez élogieux sur mon tartare, j’ai eu des larmes dans mes yeux. J’étais prêt à exploser, je me suis retenu. J’avais des bottes de cowboy qui oscillaient un peu. Je suis le seul chef de partie du salon, entouré de chefs expérimentés. Quand vous regardez leur CV, les gars sont des machines de guerre, donc j’ai vraiment de la chance d’avoir été en concurrence avec ces personnes et d’avoir pu faire Excellent chef d’où je viens. Il y a quelques années, je tamisais des casseroles à Belleville, donc je suis tellement fier de l’avoir fait.

Quel est le moment le plus mémorable dont vous vous souviendrez de votre aventure?

J’ai beaucoup apprécié les autres candidats, maintenant nous sommes un peu une petite famille, nous nous entendons très bien. Je suis très connecté avec les gens et j’ai rencontré des gens vraiment sympas, nous pouvons faire des choses ensemble plus tard. C’est bien que nous ayons cette relation.

Êtes-vous toujours chef de partie aux côtés d’Albert Adrià à Barcelone?

Non, je resterai à Paris. J’ai des projets dont je ne peux pas encore beaucoup parler, mais qui doivent être suivis à Paris et qui vont faire du bruit, je pense.



157

Actions

READ  Laetitia (L'amour est dans le pré): sa joueuse de rugby adorée face au cancer, tristes révélations

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer