Monde

quatre journalistes de Charlie Hebdo accusés d’avoir “insulté” Erdogan

Les quatre journalistes sont accusés d’avoir insulté le président turc dans une caricature publiée l’année dernière. Un procureur demande jusqu’à quatre ans de prison.

Vendredi 26 mars, un procureur turc a demandé jusqu’à quatre ans d’emprisonnement contre quatre collaborateurs de l’hebdomadaire satirique français. Charlie Hebdo qui accuse d’avoir “insulterLe président Recep Tayyip Erdogan dans une caricature publiée l’année dernière.

Selon l’agence de presse d’Etat turque Anadolu, les quatre collaborateurs accusés de Charlie Hebdo sont la caricaturiste Alice Petit et trois managers du célèbre hebdomadaire, Gérard Biard, Julien Sérignac et Laurent Sourisseau, a précisé Riss. La publication de cette caricature en octobre a suscité la colère de Recep Tayyip Erdogan dans un contexte d’âpres tensions diplomatiques entre Ankara et Paris. Nous avons vu le président turc faisant autorité enfiler ses sous-vêtements, bière à la main, soulever la robe d’une femme voilée, s’exclamer: “Ouuuh! Le prophète !“.

“Vulgaire, obscène et déshonorant”

Dans son acte d’accusation, qui n’a pas encore été formellement accepté par un tribunal pour l’ouverture d’un procès, le procureur turc estime que cette caricature “il n’entre en aucun cas dans le champ d’application de la liberté d’expression ou de la presse“, Décrivant le dessin animé de la presse comme”vulgaire, obscène et déshonorant“. Après la publication de cette caricature, Recep Tayyip Erdogan a dénoncé une”attaque ignoble“Commis par”coquins“.

Cette affaire s’est déroulée dans un contexte de crise diplomatique entre la Turquie et la France, Recep Tayyip Erdogan a notamment accusé le président français Emmanuel Macron de “islamophobiePour avoir défendu le droit à la caricature du prophète Mahomet. L’annonce de la mise en accusation des journalistes de Charlie Hebdo intervient également quelques jours après qu’Emmanuel Macron ait accusé la Turquie de “ingérenceEt au milieu d’une polémique en France sur le financement d’une mosquée soutenue par une association pro-turque à Strasbourg (est).

READ  La guerre maritime israélo-iranienne s'aggrave encore

L’ONG Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé vendredi l’accusation de collaborateurs de Charlie Hebdo, accusant Ankara de vouloir “étendre la censure au-delà de la Turquie“. Régulièrement bloquée par les ONG, la Turquie est classée 154e sur 180 dans l’indice de la liberté de la presse publié par RSF. Des dizaines de journalistes ont été arrêtés et plusieurs médias d’opposition ont été poursuivis ou fermés dans ce pays ces dernières années.

VOIR ÉGALEMENT – Emmanuel Macron: «Il y aura des tentatives d’interférence»La Turquie aux élections présidentielles de 2022

Benoit Béringer

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer