divertissement

Qui a écrit sur le célèbre tableau “Le Cri”? Le Musée national de Norvège prétend avoir résolu l’énigme

Suite à un examen thermographique infrarouge, le musée conclut que seul le peintre Edvard Munch aurait pu écrire sur sa toile peinte en 1893.

Article rédigé par

Inséré

Mettre à jour

Temps de lecture: 1 minute.

“Il ne pouvait être peint que par un fou.” Aussi péjoratif qu’imperceptible, l’inscription ajoutée Le cri n’a été retrouvé par personne d’autre que par l’artiste lui-même, Edvard Munch, le Musée national de Norvège fermé le lundi 22 février.

Écrits au crayon dans le coin supérieur gauche de la toile iconique, devenue symbole d’angoisse existentielle, les quelques mots en norvégien ont longtemps alimenté des conjectures sur l’identité de leur auteur. La théorie dominante jusqu’à présent était qu’ils étaient l’héritage d’un spectateur indigné par cette œuvre de 1893, qui dépeint une figure fantomatique au visage pâle devant les voûtes du ciel aux couleurs vives.

Mais un examen thermographique infrarouge, effectué par le Musée national de Norvège, qui a la version pertinente de la Il cria, conduit à une autre conclusion. “L’inscription est sans aucun doute de Munch”, a déclaré Mai Britt Guleng, conservatrice (organisatrice de l’exposition) au musée.

“L’écriture elle-même, ainsi que les événements survenus en 1895, lorsque Munch a montré le tableau pour la première fois en Norvège, vont tous dans la même direction.”

Can Britt Guleng, Musée national de Norvège

à l’Agence France Presse

La première présentation publique de l’œuvre à Oslo – alors appelée Kristiania – cette année-là a suscité des critiques et soulevé des questions sur la santé mentale de l’artiste, ce qui, selon le musée, a sans aucun doute conduit à ce gribouillage au tableau.

READ  «Quand les patrons ont parlé de moi, j'étais prêt à exploser», se souvient Jarvis Scott

Pionnier de l’expressionnisme, Munch était obsédé par le sentiment d’angoisse nourri par la mort prématurée de ses proches, notamment celle de sa mère et de sa sœur Johanne Sophie, décédées de maladie. En 1908, il fut même temporairement hospitalisé dans un établissement psychiatrique.

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer