Économie

Recul pour Suez dans sa bataille juridique contre Veolia

Après avoir ordonné à Veolia de suspendre son OPA (OPA) sur Suez le 8 févrierLe mardi 23 février, le tribunal de commerce de Nanterre s’est finalement déclaré incompétent dans cette affaire et l’a renvoyée devant le tribunal de commerce de Paris.

Veolia a présenté le 8 février à l’Autorité des marchés financiers (AMF) une OPA hostile portant sur 70,1% du capital de Suez qu’elle ne détient pas, pour un montant de 7,9 milliards d’euros. Le géant de l’eau et des déchets détient déjà 29,9% du capital de son concurrent depuis octobre, cédé par Engie.

Saisi en urgence par Suez, le tribunal de commerce de Nanterre a ordonné le même jour à Veolia de suspendre le lancement de toute OPA contre son concurrent, dans l’attente d’un débat de fond sur la“La convivialité”.

Article réservé à nos membres Lire aussi Veolia lance l’hostilité contre Suez, qui se rebelle

Veolia, de son côté, l’a soutenu “Son siège social est domicilié dans le ressort du Tribunal de Commerce de Paris”, rappelle la décision publiée mardi, qui maintient donc cet argument. Suez est également condamné à verser plusieurs milliers d’euros à son concurrent et à Engie pour les frais de justice.

L’OPA «suit son cours», selon Veolia

“Les manœuvres tardives de Suez ont encore une fois échoué”, a réagi dans un communiqué de presse de Veolia, assurant que son acquisition “Alors ça a suivi son cours”. Son président-directeur général, Antoine Frérot, “Il souhaite présenter son projet de fusion à tous les dirigeants de Suez afin d’entamer un dialogue constructif avec eux”, poursuit le groupe.

READ  Confinement et culture: Dans la tourmente, Roselyne Bachelot se bat

Dans une autre déclaration, Suez a noté la décision du tribunal “Pour des raisons de compétence géographique”. “Le tribunal n’a pas remis en cause les arguments du groupe concernant la violation de l’engagement amical pris par Veolia depuis octobre 2020. Suez examine ses options pour faire valoir ses droits à cet égard.”, conclut le texte.

La direction de Suez s’oppose au projet de fusion qui, selon eux, est synonyme de dommages sociaux et industriels. La bataille entre les deux champions français du secteur, engagée depuis l’été, est marquée par de nombreuses voies de recours.

Lisez la colonne: “En quoi l’opération pourrait-elle être différente de la guerre?” “

Le monde avec l’AFP

Thierry Dufour

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer