divertissement

Ruth Mackenzie conteste son expulsion de la direction du Théâtre du Châtelet

L’annonce est formulée de manière très concise: “Bonjour, je vous informe que Ruth Mackenzie a quitté son poste de directrice artistique du Théâtre du Châtelet”, Edouard Dagher, attaché de presse, écrit dans un mail envoyé dans la matinée du vendredi 28 août. ” La gauche “, Formulation amusante, certes bien pensée, mais qui nécessite plusieurs questions: quand? par choix ou forcé? et surtout pourquoi? Parce que la surprise est formidable de voir partir Ruth Mackenzie, si peu de temps après son rendez-vous.

Forte d’un parcours qui la conduit, entre autres, à la direction du Scottish Opera (à Glasgow) et du Holland Festival aux Pays-Bas, l’Anglaise de 63 ans est appelée à Paris par Christophe Girard, alors chef de la culture avec Anne Hidalgo, maire de Paris, pour succéder à Jean-Luc Choplin, parti pour le Théâtre Marigny. En 2017, Ruth Mackenzie prend le rôle de codirectrice du Châtelet, avec Thomas Lauriot dit Prévost, pour relancer la maison – l’un des joyaux de la ville de Paris – alors en construction.

Le projet sulfureux SAD

En janvier 2019, Ruth Mackenzie a décidé d’inviter dans les murs, toujours en construction, le projet SAD sulfureux par le russe Ilya Khrzhanovsky. Puis, en septembre, il a officiellement ouvert la maison avec un programme centré sur l’intersection des arts et des cultures. Avec des productions telles que Le juste, de Camus, dans une version musicale dirigée par Abd al Malik, o Chambre avec vue, un spectacle du compositeur électronique Erwan Castex, alias Rone. Moins d’un an après sa première saison, elle a été licenciée de son poste, en raison de multiples accusations détaillées dans une dépêche de l’Agence France-Presse, qui cite une source «Très proche du dossier»: «L’affaire était en ébullition depuis longtemps et c’est le conseil d’administration de Châtelet qui a demandé à Mme Mackenzie de partir, à la suite d’un audit mené par une société indépendante.

Lire aussi Ruth Mackenzie, féministe à la direction artistique du Théâtre du Châtelet

Selon cette source, qui voulait rester anonyme, il existe trois types de plaintes. De «De graves déficits managériaux: il y avait de la souffrance au travail due à la pression exercée sur les salariés, et surtout un manque de reconnaissance de leur travail» ; “Une tendance à utiliser des boîtiers externes pour faire le travail, [qui a] il a provoqué des tensions tout à fait compréhensibles »; «Trois millions d’euros de déficit. Il y a une première saison très coûteuse avec un résultat très mitigé et un manque de gestion financière ».

Vous avez 36.03% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

READ  Nagui repris par Catherine Ringer: la chanteuse met les pieds dans l'assiette

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer