Actualité à la Une

sept personnes sont décédées de thrombose sur 30 cas identifiés au Royaume-Uni

Sur les 30 rares cas de formation de caillots sanguins enregistrés, jusqu’au 24 mars inclus, chez des personnes vaccinées contre le COVID-19 à l’aide du vaccin AstraZeneca, “Malheureusement, sept sont morts”, a annoncé samedi 3 avril le Medicines and Healthcare Products Regulatory Agency (MHRA), l’agence britannique de sécurité des médicaments, dans un communiqué de presse.

Le régulateur a déclaré avoir reçu des rapports de 22 cas de thrombose veineuse cérébrale et de huit autres cas de thrombose associée à une carence plaquettaire à cette date, sur un total de 18,1 millions de doses administrées. “Notre examen approfondi de ces rapports se poursuit”Le directeur de la MHRA, June Raine, a déclaré dans le communiqué, ajoutant qu’aucun cas similaire n’avait été signalé pour le vaccin Pfizer-BioNTech.

“Les avantages du vaccin AstraZeneca dans la prévention de l’infection par Covid-19 et ses complications continuent de l’emporter de loin sur les risques et le public devrait continuer à recevoir le vaccin en cas de besoin.”elle a ajouté. En publiant jeudi un avis sur les effets secondaires des vaccins administrés dans le pays, la MHRA avait déjà établi cette “Le risque d’avoir ce type de caillot sanguin est très faible”. Plus généralement, “Le nombre et la nature des effets secondaires rapportés jusqu’à présent ne sont pas inhabituels par rapport à d’autres types de vaccins couramment utilisés.”, à votre avis.

Vaccin AstraZeneca: «Le faible nombre de cas de thrombose ne remet pas en cause le rapport bénéfice / risque», selon le pharmacologue Mathieu Molimard

Un risque «rare» de moins en moins contesté

Le vaccin d’AstraZeneca, développé avec l’Université d’Oxford, est suspecté dans plusieurs pays après des cas sévères de caillots sanguins, et certains Etats ont décidé d’arrêter d’administrer ce vaccin avant un certain âge. “Aucun lien de causalité n’est prouvé, a souhaité rappeler l’Agence européenne des médicaments (EMA) le 31 mars, mais c’est possible et de nouvelles analyses sont en cours. “

Mais d’autres spécialistes à travers l’Europe sont plus catégoriques. «Nous devons arrêter de spéculer sur l’existence ou non d’un lien. Tous ces cas présentaient ces symptômes trois à dix jours après l’inoculation d’AstraZeneca. Nous n’avons trouvé aucun autre déclencheur “Pal André Holme, chef d’une équipe de l’hôpital national d’Oslo travaillant sur ces cas, a expliqué le 27 mars à la chaîne norvégienne TV2. “L’Agence norvégienne des médicaments estime qu’il existe un lien probable avec le vaccin”, de son côté, a déclaré à l’AFP Steinar Madsen, l’un de ses responsables.

READ  Lewis Hamilton (Mercedes): "Je devais faire attention à ne pas trop attaquer" - F1 - GP de Belgique

En France, l’Agence nationale de sécurité du médicament a confirmé le 26 mars l’existence d’un risque «rare», basé sur “Le caractère très atypique de ces thromboses, leurs tableaux cliniques similaires et le temps d’apparition homogène”.

Article réservé à nos membres Lire aussi La vaccination avec AstraZeneca entravée par des difficultés logistiques et la méfiance des Français

L’AEM se réunira à nouveau pour discuter de cette question du 6 au 9 avril. Selon les données que l’agence a dévoilées mercredi, il y a à ce stade 62 cas de thrombose veineuse cérébrale dans le monde, dont 44 dans les 30 pays de l’Espace économique européen (UE, Islande, Norvège, Liechtenstein) pour 9,2 millions. doses de vaccin administrées. Quatorze décès ont été enregistrés, sans pouvoir toujours être imputables en toute sécurité à ces thromboses atypiques, a déclaré le patron d’AEM, Emer Cooke, lors d’une vidéoconférence mercredi.

Les Pays-Bas ont annoncé vendredi qu’ils suspendraient temporairement les injections de ce produit pour les enfants de moins de 60 ans à la suite d’une décision similaire prise mardi en Allemagne. Ils ont emboîté le pas au Canada et en France (55 ans), Suède et Finlande (65).

Pays le plus en deuil d’Europe avec près de 127000 décès, le Royaume-Uni a déployé l’une des campagnes de vaccination contre les coronavirus les plus avancées au monde, avec plus de 31,3 millions de premières doses et près de 5 millions de secondes doses déjà administrées par le Royaume-Uni.

Article réservé à nos membres Lire aussi La méfiance entre AstraZeneca et les Européens est à son apogée

Le monde avec l’AFP

Alphonse Dumont

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer