Sport

Top et flop du Giro 2020

Une nouvelle vague sans complexes

Un mois après que Tadej Pogacar (21 ans) ait remporté le Tour de France, la nouvelle vague du cyclisme mondial a balayé le Giro. Lieutenant habituel de Remco Evenepoel, Joao Almeida (22 ans) a porté le maillot rose pendant 15 étapes. Le jeune portugais a impressionné le groupe pour sa première saison complète avec les pros. Sa résilience et son punch ont donné un coup de pouce à ce Giro d’Italia.

Trop proche des pentes du Stelvio, Almeida a passé le relais à deux autres jeunes grimpeurs: Tao Geoghegan Hart (25) et Jai Hindley (24) qui n’étaient pas attendus à ce niveau. Leur duel en haute altitude offrait un grand suspense lors de ce 103e Giro avant que le contre-la-montre de Milan ne soit le tie-break. Les trois hommes devront confirmer leurs promesses d’automne en 2021 et cette fois ils seront attendus.

Le coup de poker de Peter Sagan

Sevré de ses victoires en 2020, Peter Sagan a eu un compte à rebours pour mettre fin à cette pénurie inhabituelle. Le triple champion du monde s’est cassé les dents trois fois sur Arnaud Démare et une fois sur Diego Ulissi, et le compte à rebours commence à virer au rouge. Mais Sagan est un pilote spécial et l’a attiré à l’étape 10.

Il l’a dominéion par Arnaud Démare

Quatre énormes sprints, quatre victoires. Dans ce Giro, comme en seconde période, Arnaud Démare était sur un nuage. Trop puissant et trop bien entouré, il était tout simplement intouchable sur les routes italiennes. Et cette fois, la tunique cyclamen ne l’a pas quitté jusqu’à Milan. Avec 14 victoires en 40 jours de course depuis le redémarrage, Démare a la forme d’une vie. Nous regrettons seulement qu’il n’ait pas pu se battre pendant trois semaines avec Caleb Ewan, Sam Bennett et Wout Van Aert sur le Tour de France.

Les amateurs de vélo ont croisé les doigts très fort pour que la neige ou le froid ne prive pas le groupe d’une ascension du Stelvio. Ces prières ont été entendues et le monstre des Dolomites a dispersé les cavaliers comme prévu et a relancé la bataille au classement général. Laissés à eux-mêmes dans les virages enneigés en épingle à cheveux, Almeida a cédé alors que Geoghegan Hart et Hindley, au volant de Rohan Dennis, décollaient pour commencer à croire, très fort, à la victoire finale.

Elia Viviani a tort

Un sprinter est jugé sur ses victoires et le compteur d’Elia Viviani restera à zéro en 2020. Recrue phare de Cofidis, le sprinter transalpin n’en avait jamais connu chez les professionnels. Sur les routes italiennes, il avait quatre cartouches, quatre occasions de lever enfin les bras. Tout le monde a raté le bateau, et assez largement: seulement un top 5. Pire encore, son poisson-pilote Simone Consonni a inscrit le meilleur résultat de l’équipe nordique avec une quatrième place à la onzième étape. L’ancien champion d’Europe devra se racheter en 2021.

READ  PSG - PSG: le Bayern humilie Alaba, Paris prêt à le signer

Un test positif et sortant: le coronavirus a été vu comme l’épée de Damoclès depuis le début du Giro en Sicile jusqu’à son arrivée à Milan. Si les 21 étapes se sont déroulées, Covid-19 a laissé son empreinte cet automne sur le Giro d’Italia. Le virus a à son tour renvoyé Simon Yates, Steven Kruijswijk et Michael Matthews, ainsi que les équipes Jumbo-Visma et Mitchelton-Scott. Le grimpeur néerlandais aurait-il pu s’inviter à la course du maillot rose? Michael Matthews aurait-il pu gagner une étape? On ne le saura jamais et seuls 133 coureurs ont terminé ce Giro comme aucun autre.

Vincenzo Nibali déçoit

Comme d’habitude, le requin de Messine portait les espoirs de Ventilateurs sur ses épaules. Sur le podium des six derniers Giro, Nibali était l’assurance contre tous les risques du public italien. Mais cette fois, le double maillot rose manquait (2013, 2016). Plus d’une minute, puis deux du surprenant Joao Almeida, le Sicilien et son équipe ont promis des feux d’artifice dès la troisième semaine. Avec Piancavallo, Stelvio ou Sestriere, les organisateurs avaient rempli son kit de munitions. Autant de montées qui se sont transformées en pétards mouillés, Nibali a vu la bataille pour le maillot rose de (très) loin. Sa 7e place est presque une anomalie dans son riche palmarès.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer