sport

Un Bayern Munich réaliste met fin aux rêves lyonnais et rejoint le PSG en finale

L’intermède européen enchanté de l’Olympique Lyonnais a pris fin. Après avoir ouvert la pierre d’achoppement de la Juventus à Turin, grimpé au sommet de Manchester City, l’OL a échoué mercredi 19 août à franchir la casquette du Bayern Munich. Rapidement battus en demi-finale de Ligue des champions par les Bavarois avec une efficacité imparable (3-0), les coéquipiers d’Houssem Aouar quittent la compétition aux portes de la finale. Les Bavarois affronteront le Paris-Saint-Germain en finale dimanche.

Revivez le jeu: Le Bayern Munich a mis fin aux rêves de l’OL et rejoint le PSG en finale

“Nous sommes tous tristes, être éliminé en demi-finale n’est pas facile, mais nous sortons la tête haute”, a commenté le directeur sportif lyonnais, Juninho, au micro de RMC Sport. Si la défaite de Lyon est logique, le tableau de bord ne reflète qu’imparfaitement la performance des deux équipes. “Pour battre une telle équipe, il faut beaucoup de succès et d’efficacité”, a poursuivi l’ancien milieu de terrain de l’OL.

Et les occasions manquées hanteront les nuits des attaquants lyonnais. Comme au match retour et en quarts de finale contre City, les hommes de Rudi Garcia ont commencé le match en déployant leur stratégie simple, mais sur laquelle la Juve, puis les Mancuniens, se sont cassé les dents: une défense des contre-attaques de glace et le feu. Après dix minutes de jeu, les coéquipiers de Memphis Depay ont fourni trois occasions. “S’ils nous laissent la moitié du terrain, nous devrons jouer derrière eux”, a prévenu Rudi Garcia peu avant le match, au micro de RMC. Et à chaque guérison, les Lyonnais se projettent.

READ  Vincent Hognon (Metz): "Déception" après le nul face à l'OM - Foot - L1 - Metz

Le réalisme de Gnabry fait frémir Lyon

À son tour, Karl Toko Ekambi a une double chance. Une fois de plus, il a préféré Dembélé, car “Plusieurs possibilités tactiques” offre, l’ancien angevin se faufile dans la région bavaroise et tire au pôle de Neuer. Le genre d’opportunité à ne pas manquer en demi-finale de Ligue des champions. Quelques minutes plus tard, Serge Gnabry a exposé les coéquipiers de Marcelo au réalisme requis à ce niveau: bien retrouvé, l’Allemand a résisté à deux défenseurs lyonnais et a frappé de loin. Lopes ne voit que les dégâts causés à sa lucarne et l’OL se retrouve derrière (0-1, 18est). Le huitième but en neuf matchs de Ligue des champions pour Gnabry cette saison. “Nous devons mener au score, et nous nous retrouvons en tête grâce à une entreprise individuelle de Gnabry, et nous avons un sentiment d’injustice qui nous alourdit.”, a commenté Rudi Garcia après la rencontre.

Insoutenable, l’ancien joueur d’Arsenal double le délai d’une nouvelle action meurtrière. Après avoir récupéré le ballon au pied de Lyon sur le côté droit, Gnabry repiqué en axe, déplace Perisic qui sert idéalement Lewandowski. Si le buteur polonais glisse et commet inexplicablement une erreur, à quelques mètres du but, Gnabry, qui a poursuivi son action, pousse le ballon vers le bas (0-2, 33est). L’ailier allemand, qui l’a fait avant le match “Je ne m’attendais pas à un match facile” après les victoires de Lyon contre la Juve et City, “Les deux favoris, comme [le Bayern] », match masculin simplifié par Hans-Dieter Flick.

READ  Tour de France 2020: après un penalty, Julian Alaphilippe perd le maillot jaune
Lire aussi Ligue des champions: Houssem Aouar, chef d’orchestre lyonnais

Le début de la seconde période a vu le match s’égaliser, et si Perisic était retrouvé en profondeur, Anthony Lopes est intervenu. ” On peut le faire “, harangue le banc lyonnais après une nouvelle belle occasion de Toko Ekambi, idéalement servi par Aouar. Mais Manuel Neuer, pas inquiet en première période, bat les attaques lyonnaises. «Nous aurions pu faire mieux, nous aurions pu marquer des buts, moi en premier. Mais ce soir, le succès n’était pas de notre côté et nous avions un grand gardien devant, Karl Toko Ekambi a observé après la réunion au micro du diffuseur. Ce soir, nous ne savions pas comment faire ce qu’il fallait pour gagner le match. “

“Lorsque vous ne marquez pas, vous ne pouvez pas vous qualifier”

Malgré les changements offensifs annoncés, Rudi Garcia avait estimé qu’il devrait “Faites de petits ajustements” –, les Lyonnais peinent à déstabiliser la défense bavaroise. Comme Leon Goretzka, précieux dans le marquage d’Aouar, les hommes de Flick défendent en équipe. Depuis l’arrivée de l’ancien assistant de Joachim Low (sur le banc de la Mannschaft), initialement pour deux matches, au Bayern, l’équipe brille. “Il a radicalement changé le Bayern”, a démasqué le président Karl-Heinz Rummenigge après la qualification magistrale en huitièmes de finale face au FC Barcelone (8-2). Et comme Thomas Müller, plusieurs responsables de vestiaires ont retrouvé leur niveau.

Après plusieurs occasions d’aggraver le signe, les Bavarois ont une fois de plus trompé Lopes sur l’inévitable Robert Lewandowski. Plus tranchant que la défense lyonnaise, l’attaquant polonais se relève et inscrit le neuvième but en autant de matches de Ligue des champions (0-3, 88est). “Les Lyonnais ont eu des opportunités qui auraient pu nous blesser, mais tant mieux pour nous, elles ne se sont pas concrétisées, a salué le Français Benjamin Pavard, revenu à l’issue de la rencontre. Nous avons également eu d’autres occasions de marquer un quatrième but, mais nous garderons le positif. ”

Lire aussi Ligue des champions: Robert Lewandowski, l’arme mortelle du Bayern Munich

Deuxième équipe (après l’AC Milan en 1993) à se qualifier pour la finale de la Ligue des champions après avoir remporté chaque match, le Bayern s’est rapproché de la finale en tant que favori. Mais Lyon n’a pas besoin d’avoir honte de sa carrière. «Même s’ils étaient les grands favoris, nous les avons gardés élevés et le score est très mauvais par rapport au match. Mais si vous ne marquez pas, vous ne pouvez pas vous qualifier “, a conclu Rudi Garcia, félicitant ses joueurs pour leur performance depuis la seconde période.

READ  deux rangées déjà excavées pour remplacer Fofana?

La parenthèse européenne enchantée de Lyon est terminée et les Lyonnais n’auront plus le temps de respirer. Pour la première fois depuis la saison 1996-1997, l’Olympique Lyonnais ne disputera aucun match de Coupe d’Europe. “Nous n’aurons le championnat que cette saisonDit Anthony Lopes. Nous allons essayer de montrer le même visage que nous avons montré dans cette Ligue des champions, et nous avancerons ensemble. ” Avec l’idée de trouver l’Europe le plus tôt possible.

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer