Monde

un émeutier du Capitole soupçonné d’avoir tenté de vendre le matériel informatique de Nancy Pelosi aux Russes

Une femme de 22 ans est soupçonnée d’avoir tenté en vain de vendre du matériel informatique appartenant au leader démocrate à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, volé pendant les services secrets russes. l’attaque du Capitole le 6 janvier.

Selon l’acte d’accusation, Riley June Williams, originaire de Pennsylvanie, faisait partie des émeutiers qui ont attaqué Capitol Hill. Les images diffusées par la chaîne britannique ITV montrent la jeune femme exhortant la foule à se rendre au rez-de-chaussée.

Lire aussi Conspirations, néo-nazis, négationnistes… qui sont les insurgés du Capitole?

Contact en Russie

Le reste est raconté par un témoin anonyme interrogé par les autorités américaines. Il affirme avoir vu d’autres vidéos de Riley Williams saisissant du matériel informatique – le parquet ne précise pas s’il s’agit d’un ordinateur ou d’un disque dur – dans le bureau de Nancy Pelosi. Ce dernier, qui prétend être un ancien partenaire de la jeune femme, affirme que M.moi même Williams avait prévu d’envoyer le matériel à un contact en Russie pour le vendre aux services de renseignement étrangers russes (SVR). L’opération échouerait finalement, pour des raisons non précisées, et Riley Williams serait donc toujours en possession du matériel ou le détruirait. Un mandat d’arrêt a été émis contre la jeune femme, dont la mère a déclaré à un journaliste d’ITV qu’elle avait quitté le domicile familial.

L’acte d’accusation n’a jusqu’à présent conservé que les comptes de Riley Williams pour effraction et perturbation de la paix, mais pas pour vol. Le bureau du procureur fédéral de Washington a refusé de fournir immédiatement plus de détails.

READ  Facebook face au fléau des "super propagateurs" de la désinformation

Près de 70 personnes ont déjà été inculpés après les événements du 6 janvier, selon le ministère américain de la Justice. Dimanche, les autorités ont de nouveau procédé à une série d’arrestations en lien avec ces allégations. Les accusations vont de l’intrusion au port d’une arme prohibée, en passant par la perturbation de l’ordre public et l’agression des forces de l’ordre.

Lire aussi QAnon, “Arrêtez le vol” … d’où viennent les symboles et les slogans brandis par les émeutiers du Capitole?

Le monde avec l’AFP

Benoit Béringer

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer