Monde

un énorme iceberg jaillit de l’Antarctique, près d’une gare britannique

Un iceberg de la taille des agglomérations de Paris ou de Londres émerge de l’Antarctique, non loin d’une station de recherche britannique qui redoute depuis longtemps des événements de cette nature dans la région. Le bloc de glace, qui mesure près de 1270 kilomètres carrés, s’est détaché du reste de la banquise vendredi 26 février, aux petites heures du matin, selon des données recueillies par des instruments britanniques installés à proximité de la station.

Aucune vie humaine n’est menacée, car les 12 personnes qui ont travaillé jusqu’à présent à la station Halley VI, située à moins de 20 kilomètres de la zone de rupture, ont été évacuées par voie aérienne à la mi-février, a déclaré l’Antarctique britannique dans un communiqué. ), un organisme de recherche sur les zones polaires qui exploite le lieu.

“Nos équipes se préparent depuis des années à ce qu’un iceberg se détache du plateau Brunt.” a déclaré Jane Francis, directrice de BAS, les équipes de surveillance “du quotidien” l’avancement des défauts grâce à “un réseau automatisé d’instruments GPS de haute précision autour de la station”. Ces données, ensuite envoyées à l’Université de Cambridge pour analyse, ont permis de donner l’alerte vendredi sans que personne ne soit sur place.

Déjà en 2017, le BAS avait décidé de réduire la présence dans cette station construite en 2012 et de la déplacer de quelques kilomètres, craignant qu’elle ne se retrouve sur un iceberg à la dérive, suite à la fonte de la glace. UNE “sage décision”, il croit maintenant Simon Garrod, directeur des opérations chez BAS. “Notre tâche consiste maintenant à surveiller de près la situation et à évaluer tout impact potentiel de ce détachement sur la banquise restante.”

Plusieurs scénarios sont désormais possibles pour les mois à venir: “soit l’iceberg bougera, soit il s’échouera et restera” à proximité, dit Jane Francis. Les équipes ne reviendront pas de sitôt, car la station reste fermée pour le reste de l’hiver arctique.

READ  Facebook face au fléau des "super propagateurs" de la désinformation

Benoit Béringer

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer