Actualité à la Une

Variantes de Covid-19: une “augmentation” de l’épidémie probablement en mars, prévient Arnaud Fontanet

Plutôt pessimiste. Alors que la France vient de passer à un mode de couvre-feu avancé sur son territoire et que le gouvernement n’exclut pas un nouvel endiguement en cas de détérioration de la situation sanitaire, des temps encore plus difficiles pourraient attendre. être dans les prochains mois. Surtout à cause des variantes Covid-19.

En tout cas, c’est ce que craint l’épidémiologiste Arnaud Fontanet: «Les scénarios montrent que nous devrions pouvoir tenir jusqu’en mars. Malheureusement, par rapport aux variantes, qui sont vraiment un tournant pour cette épidémie, je n’ai aucun argument rationnel pour vous dire que nous ne verrons pas une progression de l’épidémie qui pourrait débuter en mars-avril », a-t-il expliqué lors du programme du Grand Jury RTL- LCI-Le Figaro.

“Avant que la variante ne commence à parler d’elle-même – et selon les scénarios que nous avons aujourd’hui, c’est plutôt en mars que son épidémie devrait se faire sentir – eh bien, il faut vider ces lits. Les hôpitaux et ces lits de rééducation”, a ajouté le député. du Conseil scientifique. Il a également rappelé que le Royaume-Uni, avant l’apparition d’une variante en novembre, était plus ou moins sous le contrôle de l’épidémie, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui.

Pas de recentrage, pour le moment …

En France “il n’y a pas eu une reprise de l’épidémie aussi grave que celle qui était redoutée après les vacances de fin d’année, mais il y a quand même une petite augmentation, pas anodine”, a noté Arnaud Fontanet. «Ce qui est vraiment ennuyeux, c’est que nous commençons avec un taux d’occupation des lits très élevé à la fin de la deuxième vague», dit-il. “Et du coup, nous n’avons plus beaucoup de marge de manœuvre si l’épidémie recommence.”

READ  le monde à la recherche de nouveaux vaccins

Mais Arnaud Fontanet n’a pas recommandé la séquestration immédiate. “Il est bon d’essayer de tout faire pour ne pas aller vers l’emprisonnement, qui reste une mesure extrêmement lourde sur le plan économique et social. Gardant toutefois à l’esprit que plus tôt les mesures sont prises, plus elles sont efficaces, donc il y a un dilemme »A expliqué cet épidémiologiste.

Selon lui, en l’absence de traitements efficaces, la proportion de Français vaccinés contre Covid-19 devrait être la plus élevée possible si le temps confirme que les différents vaccins sont sûrs. «Pour moi, cela devrait être à 100%. Tant que nous savons que le vaccin fonctionne et n’a aucun effet négatif, pourquoi le priver? “. Car pour arrêter la circulation du virus” il faudra atteindre des populations plus importantes “, a-t-il précisé.

Bulletin Essentiels du matin

Un tour de l’actualité pour commencer la journée

VIDÉO. Couvre-feu à 18h: à Paris, contrôle de police

«Maintenant que nous savons que ces variantes sont finalement plus transmissibles que le virus que nous connaissions, cela signifie aussi que la couverture vaccinale devra être plus importante que prévu jusqu’à présent», selon ce médecin qui conseille le gouvernement.

Alphonse Dumont

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer