Economy

Veolia doit améliorer son offre sur Suez et engager le dialogue, juge Engie


VEOLIA DOIT AMÉLIORER SON OFFRE SUR SUEZ ET DIALOGUER, JUGE ENGIE

PARIS (Reuters) – Le projet de Veolia d’acquérir la participation d’Engie dans Suez et de former un poids lourd dans le traitement de l’eau et des déchets avec lui présente des avantages, mais le prix proposé est insuffisant et un dialogue doit être établi entre Veolia et son objectif, a déclaré vendredi le président d’Engie Jean-Pierre Clamadieu.

Dimanche Veolia a proposé de racheter l’essentiel de la participation d’Engie dans Suez (29,9% sur un total de 32%) pour 15,50 € par action, soit un montant de 2,9 milliards d’euros, avant de lancer une enchérissez sur le reste du capital de son rival et construisez avec lui un “grand champion du monde français de la transformation écologique”.

Evoquant tour à tour le “niveau d’enthousiasme, peut-être d’agression” et le “fort volontarisme” de Veolia, Jean-Pierre Clamadieu a reconnu vendredi sur BFM Business que la “simplicité” et la “rapidité” de cette offre étaient “des éléments attractifs. “du point de vue d’Engie.

“La facture n’est pas là” en termes de prix, a toutefois ajouté le leader, soulignant que l’offre de Veolia est équivalente au prix publié par l’action Suez en février, c’est-à-dire avant la nouvelle crise des coronavirus.

«Aujourd’hui, notre vision est que la valeur de Suez soit plus importante que la base de ces discussions», a insisté Jean-Pierre Clamadieu, pour qui on prévoit qu’environ 500 millions d’euros de synergies seront partagés entre les actionnaires de Suez et Veolia est également un point de friction.

“Je suis convaincu que si (Veolia) lançait une OPA, ce serait forcément à un prix plus élevé (…)”, a également déclaré le président d’Engie.

READ  une voiture de course avec 840 km d'autonomie et 1100 chevaux

Jean-Pierre Clamadieu a également indiqué que l’offre de Veolia, ainsi que toute proposition alternative qui pourrait se présenter pour Suez, seront également examinées du point de vue de la qualité du projet industriel et du «respect des parties prenantes».

UNE ALTERNATIVE CONÇUE SI ELLE EST RAPIDEMENT ACCESSIBLE

“Derrière cela, il y a toute la capacité de créer un projet inclusif et de gagner les équipes de Suez”, a poursuivi Jean-Pierre Clamadieu.

Le président du conseil d’administration d’Engie a encouragé Suez, qui a jusqu’ici rejeté l’approche de Veolia, qualifiée de «particulièrement hostile» par son directeur général Bertrand Camus, à générer des offres alternatives.

“La réponse que je (…) donne [à Suez], il est venu nous montrer un projet alternatif et nous examinerons très attentivement un autre projet s’il peut se concrétiser rapidement », a déclaré Jean-Pierre Clamadieu.

“Après le temps de la réaction légèrement épidermique, il faut (se demander quelles) les vraies options (…). Je demande ce matin qu’un dialogue s’instaure entre les deux entreprises afin de se comprendre et voir comment ce projet peut évoluer” .

Le président d’Engie a également souligné qu’il est nécessaire de mesurer de manière adéquate l’impact du projet Veolia sur le secteur de l’eau en France dans la mesure où le groupe envisage de céder l’activité Suez Water France à Meridiam, spécialiste français du développement, du financement et de la gestion des infrastructures.

(Blandine Hénault et Benjamin Mallet, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer