Science

vers la vaccination obligatoire des soignants?

, publié le mercredi 03 mars 2021 à 12:42

Les premiers chiffres montrent une faible vaccination des soignants, en particulier dans les maisons de retraite médicalisées ou les établissements des hôpitaux publics de soins à Paris (AP-HP). Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a assuré mercredi que la question de la vaccination obligatoire du personnel de santé, demandée par certains médecins, était “au centre des travaux et des discussions”.

Toujours dans le but d’éviter une reconfirmation nationale, le gouvernement a prolongé la vaccination contre le Covid-19 cette semaine.

Jusqu’à présent réservé aux professionnels de santé et à 2 millions de personnes âgées de 50 à 64 ans souffrant de comorbidités, le vaccin AstraZeneca sera désormais proposé aux 65-75 ans souffrant des mêmes pathologies, soit deux millions et demi de personnes supplémentaires. Ils doivent encore en profiter, contrairement aux soignants, comme certains médecins se plaignent.

Contacté le 28 février par Le Figaro, Santé publique France n’a pas été en mesure de fournir des chiffres précis, mais s’assure qu’une enquête est en cours. Pourquoi certains chiffres mettent en garde: seulement 25% des 600 000 premières doses du vaccin AstraZeneca ont été utilisées en un mois dans Ehpad. Un peu plus d’un tiers (37%) des agents de santé sont vaccinés et en Île-de-France seuls 34% des médecins AP-HP et «entre 16 et 17% des autres personnels (paramédicaux, techniciens, administratifs, etc.)» avaient reçu au moins une dose à la fin du mois de février.

“C’est très insuffisant, il faut vraiment rectifier la prise de contrôle par la pédagogie”, souligne-t-il dans les colonnes de Figaro Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Tenon à Paris.

READ  quelle évolution du taux d'incidence à Lyon, dans le Rhône et dans la région?

“Ouvrir le débat” sur la vaccination obligatoire

Mardi, Jean-Michel Molina, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Saint-Louis à Paris, a interpellé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, venu visiter l’établissement, sur les “réticences d’un certain nombre d’assistants”. être vacciné contre Covid-19. Comme beaucoup de collègues, demande que la vaccination soit rendue obligatoire pour les soignants. Selon lui, cela «éviterait les cas de transmission de soignant à patient et vice versa». Spécialement depuis Le Covid-19 est devenu la première maladie nosocomiale en France, avec 44 401 cas en un an, dont 17 552 professionnels de santé.

Un avis partagé par Gilles Pialoux. «Nous devons ouvrir le débat maintenant. Ce n’est pas la première vaccination qui serait obligatoire pour les soignants, sont obligés de se faire vacciner contre DT Polio, contre l’hépatite B, avec le vaccin BCG. C’est un débat et je serais en faveur », a-t-il déclaré lundi. franceinfo.

Dans une lettre adressée à une centaine de collègues, le professeur François Chast, chef du service de pharmacie clinique de l’hôpital Necker à Paris, exhorte les soignants à se faire vacciner. «A l’heure du vaccin (enfin) accessible à tous les hôpitaux, le Covid nosocomial est un véritable scandale. Il est en notre pouvoir de rendre ce vaccin obligatoire », insiste-t-il.

Cependant, tout le monde n’est pas favorable à la vaccination obligatoire des soignants. “Individuellement, je serais favorable à la vaccination de tous les soignants, mais pour le moment cela semble impensable”, estime-t-il avec le Figaro Benjamin Davido, infectiologue à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches et référent de l’institut pour les vaccinations. “Nous ne pouvions pas nous permettre aujourd’hui de perdre 20% des irréductibles qui seraient prêts à quitter l’hôpital”, assure.

READ  Martiniquaise Malory Beaujolais sélectionnée pour la finale nationale de

“Mais la question devra être posée, et aussi à la population en général, si nous ne parvenons pas à vacciner suffisamment de personnes pour nous protéger collectivement”, ajoute le médecin. Gabriel Attal a pour sa part été assuré par le professeur Jean-Michel Molina ces questions étaient «au cœur du travail et de la réflexion du gouvernement».

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer