Monde

VIDEO – Pékin n’a pas connu une telle tempête de sable depuis plus de 10 ans

TOXIQUE – Les habitants de Pékin vivent sous un ciel orange depuis lundi. Une tempête de sable qui rendait l’air irrespirable et paralysait la capitale chinoise.

Un ciel ocre apocalyptique et un épais brouillard de poussière de sable ont envahi Pékin et ses environs lundi matin, plongeant la capitale chinoise dans l’obscurité en plein jour. Les bâtiments emblématiques de la ville étaient à peine visibles, comme la Cité Interdite ou le siège de la télévision nationale, dont le sommet (234 mètres) a disparu derrière un voile de brouillard. Les tempêtes de sable, originaires du désert de Gobi, sont certainement fréquentes au printemps dans le nord de la Chine, mais les Pékinois n’ont pas vu un ciel aussi lourd depuis plus d’une décennie. Les autorités ont déclaré l’alerte jaune et sur les chaînes d’information chinoises, on ne parle que de cela.

En raison du manque de visibilité, à seulement 250 mètres, les autorités ont dû fermer certaines routes, provoquant des centaines de kilomètres d’embouteillages. Lundi, tous les avions au départ des deux aéroports de la capitale chinoise sont restés au sol. Pour Pan Xiaochuan, expert en santé environnementale, le manque de précipitations observé ces derniers jours pourrait expliquer que la tempête était particulièrement chargée de sable. “En l’absence d’humidité, la poussière a tendance à s’accumuler“, a-t-il déclaré à l’AFP. La municipalité a également dû fermer des écoles et suspendre les activités sportives de plein air, en raison du risque sanitaire.

Toutes les informations sur

Niveaux de particules particulièrement élevés

En raison de la pollution humaine, que le phénomène amplifie, la qualité de l’air a été jugée «dangereuse» par aqicn.org, le site de référence chinois pour la mesure de la qualité de l’air. Au petit matin, le niveau de particules PM10 (dont le diamètre est inférieur à 10 micromètres) était presque vingt fois supérieur aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Celui des particules PM2,5 (diamètre inférieur à 2,5 micromètres), encore plus nocif, a dépassé les 560, un niveau rarement atteint ces dernières années à Pékin. “Nous avons du mal à respirer“, témoigne un jeune chinois devant une caméra TF1.

READ  Dix anciens dirigeants du Pentagone appellent à une transition pacifique

Des niveaux alarmants dont les conséquences sanitaires sont inquiétantes. “Ce mélange de poudre et de fines particules est un cocktail extrêmement toxique. Les fines particules pénètrent dans le sang et provoquent potentiellement le cancer», souligne Yann Boquillod, directeur de la qualité de l’air à la société IQAir à Pékin. Pour se protéger, Franck Pajot, expatrié français, ne lésine pas sur les moyens. Chez lui, un purificateur d’air est installé dans presque toutes les pièces. une protection qui peut paraître extrême vue en France mais qui n’est pas à la mode à Pékin “.Avec ma femme, on s’interroge souvent sur les conséquences sanitaires de nos enfants vivant à Pékin. Dès qu’il y a un pic de pollution, ils toussent beaucoup», déplore cet expatrié français.

Lire aussi

Pas de retour à la normale avant jeudi

Les épisodes de pollution extrême se sont raréfiés ces dernières années dans la capitale chinoise, la lutte contre l’air vicié est devenue un enjeu important pour le pays, qui a annoncé son intention d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2060. Mais selon Li Shuo, membre de Greenpeace Chine, activités industrielles “intense“Les dernières semaines ont contribué à la détérioration de l’air de Pékin, car les niveaux de production d’acier, de ciment et d’aluminium sont plus élevés que ceux observés avant l’épidémie de coronavirus. Les autorités ne prévoient pas de revenir à la normale avant jeudi. D’ici là, les Pékinois sont informés. pour limiter leurs déplacements à l’extérieur.

READ  Ouragan Laura: Pourquoi 2020 a-t-elle commencé à être une année exceptionnelle pour les cyclones dans l'Atlantique Nord?

Sur le même sujet

Articles les plus lus

EN DIRECT – Covid-19: Castex maintient l’objectif de 10 millions de doses injectées à la mi-avril

Covid-19: que sait-on de la nouvelle variante détectée en Bretagne?

Reconfigurer? Macron promet “de nouvelles décisions dans les prochains jours”

Quels sont les salariés qui pourront toucher le nouveau «bonus Macron»?

“Cette fois, il se limite avec un couteau sous la gorge”: Axel Kahn déplore le choix de Macron

Benoit Béringer

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer