Monde

Violence à Washington: Qui est Jake Angeli, le «chaman» à cornes de buffle qui a envahi le Congrès?

l’essentiel
L’explosion de cet homme déguisé parmi les partisans de Trump qui a dévasté le Congrès à Washington mercredi soir a stupéfié le monde. Et sous les cornes, il y a une conspiration avec des références racistes.

Il a personnalisé par lui-même les violences perpétrées mercredi 6 janvier au Capitole à Washington. L’image de Jake Langeli, le visage peint en rouge et bleu, coiffé d’un casque à cornes de buffle, a fait le tour du monde en quelques heures. Sa tenue vestimentaire, ses tatouages ​​mystérieux et son attitude inhabituelle ont peut-être fait sourire de nombreux lecteurs, surpris par le contraste entre son déguisement et la splendeur du Congrès. Mais le profil de ce partisan de Donald Trump n’est pas moins troublant.

Cette photo de Jake Angeli et de ses amis sur Capitol Hill à Washington a rapidement parcouru le monde mercredi soir.
AFP – SAUL LOEB

Pourquoi Jake Langeli, 32 ans, comédien, doubleur et chanteur de profession selon son profil sur le site d’art backstage.com, est déjà connue pour être l’une des figures bien identifiées du mouvement «Qanon». Ce dernier rassemble de nombreux conspirateurs, convaincus entre autres qu’un «État profond» gouverne secrètement les États-Unis et que seul Donald Trump peut y remédier. Originaire d’Arizona, il s’était déjà confié à la télévision autrichienne ORF, citée par franceinfo, pour dénoncer les principales institutions bancaires mondiales, accusées d’avoir dépensé “des milliards de dollars pour créer des tonnes de bases souterraines (…) d’énergie infinie, de technologie anti-gravité, d’inertie ou même d’aller de l’avant avec le clonage ou ce truc de fou”.

Le discours décousu de “Q shaman”, l’un de ses surnoms, a souvent été entendu lors des manifestations des partisans de Qanon. “Q m’entend” (Q m’envoie) lit notamment le signe qui vous montre systématiquement, en référence à “Q”, le personnage secret qui a révélé et démasqué le célèbre complot mondial, esquissé notamment, selon ses adeptes, par «pédophiles cannibales» du Parti démocrate. Elle avait récemment photographié, sans maquillage et sans chapeau à cornes, saluant Rudy Giuliani, l’ancien maire de New York qui est aujourd’hui l’avocat de Donald Trump.

À Phoenix, chez lui, il est bien connu des habitués du Capitole de la ville, siège de l’État d’Arizona, où il proclame régulièrement ses slogans conspirateurs.

Sa visite à Washington n’est pas la première fois depuis qu’il avait déjà participé à une marche pro-Trump le 13 décembre, comme en témoignent les photos publiées sur son compte Facebook (fermé depuis jeudi après-midi).

C’est évidemment grâce à son déguisement qu’il s’est fait remarquer dans les médias. C’est tout l’objet de ses vêtements alors qu’il se confiait à République d’Arizona en 2019. Mais ces astuces cachent aussi des détails problématiques: de nombreux internautes ont remarqué un tatouage sur leur poitrine, trois triangles représentant le «Valknut». Une marque qui fait référence au wotanisme, un ancien culte germanique, dans lequel domine le dieu Wotan, associé au dieu scandinave Odin. Un autre tatouage symbolise le marteau de Thor, le fils d’Odin. Références fréquentes aux mouvements extrémistes, racistes et néonazis.

D’autres partisans de Donald Trump qui ont participé aux violences contre le Capitole à Washington arboraient également des badges fascistes ou néo-nazis, comme il l’a déchiffré. Le monde, comme cette chemise imprimée d’un lugubre “Camp Auschwitz”, le symbole des SS en soutien.

Certains observateurs ont également noté que le report de Jake Angeli ressemblait à celui de Jay Kay, le chanteur britannique de Jamiroquaï, de son vrai nom Jason Luís Cheetham, célèbre dans les années 90-2000. Ce dernier a réagi en personne jeudi sur les réseaux sociaux, déclarant avec un éclat de rire que “certains pensaient m’avoir vu hier soir à Washingtion, mais non, je n’étais pas avec ces tordus!”

READ  Les réfugiés éthiopiens affluent vers des camps de fortune au Soudan par dizaines de milliers

Benoit Béringer

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer